Ultra-Trail Harricana : en symbiose avec soi-même (vidéo)

Par Eric Maltais 4:20 PM - 08 septembre 2017
Temps de lecture :

https://www.youtube.com/watch?v=i3-5aWsoOM0
« En symbiose avec soi-même », voilà le thème sélectionné pour faire vivre une expérience exceptionnelle aux participants du 6e Ultra-Trail Harricana, un événement international regroupant 1400 athlètes qui ne cherchent qu’à se défier et se dépasser à chaque événement. Ces coureurs des bois se répartissent dans l’une des épreuves : 125 km, 80 km, 65 km, 28 km, 10 km, 5 km et 1 km.
« Le thème rappelle l’essence même de la course en sentier. Courir en forêt, dans la nature brute et sauvage, c’est être en symbiose avec soi-même et l’environnement, c’est ne faire qu’un avec la faune, la flore et les autres coureurs. Courir en sentier, c’est faire partie d’un tout et d’une grande communauté d’amants passionnés de la nature », a soutenu Marlène Côté, la première employée de cette organisation qui commande une logistique incroyable.
Il s’agit de la 17e course du circuit mondial Ultra-Trail World Tour, présentée dans la forêt charlevoisienne dont le lieu d’arrivée se situe au Mont Grand-Fonds. L’épreuve de Charlevoix, la plus importante au Canada, suit l’Ultra-Trail Mont-Blanc à Chamonix et précède la Diagonale des fous de l’Île de la Réunion.
À sa 6e édition, jamais le fondateur Sébastien Côté n’aurait pensé une expansion si rapide d’un événement qui, à l’origine, visait simplement à recueillir des fonds pour soutenir son ami Sébastien Boivin, atteint de la sclérose en plaques. Résident au pied du Mont Grand-Fonds, Sébastien a depuis été transféré à La Malbaie où il reçoit des soins appropriés à sa condition de vie. L’Ultra-Trail a depuis remis plus de 100 000 $ pour soutenir la recherche et les personnes atteintes de la maladie.
Aujourd’hui, 125 coureurs proviennent de partout à travers le monde, France, États-Unis, Belgique, Suisse, Chili, Pérou, Espagne, etc. Plus de 5 000 visiteurs envahiront Charlevoix et 250 bénévoles s’assureront du bien-être des compétiteurs. En si peu de temps, l’événement a atteint sa capacité maximale d’accueil.
« Nous voulons faire vivre une expérience unique et authentique et servir les gens en leur faisant goûter des produits de Charlevoix, faits par nos chefs. Avec plus de participants, nous n’aurions pas les ressources pour répondre à la demande. Il serait alors impossible de faire vivre cette expérience comme nous le souhaitons. Il faut garder notre authenticité », explique M. Côté, lui-même un adepte des longues distances. Il confessera timidement que des réflexions sont amorcées : « Pourrions-nous le faire sur plusieurs journées, sur deux fins de semaine, sur trois jours? On verra ».
Environnement
Cette année, l’organisation s’est officiellement dotée d’une vision globale et à long terme pour structurer et consolider les efforts devant être déployés pour continuer à réduire son empreinte écologique de ses projets sur l’environnement.
En ce sens, les organisateurs ont recruté Steven Guilbeault, d’Équiterre, comme président d’honneur. Ce partenariat cadre bien dans les objectifs de tous. M. Guilbeault, qui a confirmé sa participation comme coureur, a aussi noté que l’unique production de bouteilles d’eau nécessite beaucoup de composantes pour créer un produit qui aura finalement une bien courte durée de vie. « Il faut se sensibiliser et prendre conscience des impacts », a-t-il souligné, en regard à l’importante quantité de déchets que l’homme crée en manufacturant des produits.
Appui inconditionnel
Caroline Simard, députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, adjointe parlementaire à la ministre du Tourisme Julie Boulet, a confirmé et garanti son implication : « Je suis fière de cet événement international, le plus important au Canada. Il est sécuritaire et bon pour la santé. Il apporte de plus des retombées importantes dans Charlevoix. Vous pouvez compter sur moi pour les années futures ».

Partager cet article