Les quatre propositions de PQ de Charlevoix

Par Eric Maltais 4:35 PM - 06 septembre 2017
Temps de lecture :

Josué Gaudreault-Bouchard

Quatre propositions en provenance de la circonscription de Charlevoix–Côte-de-Beaupré du Parti québécois ont été acheminées à la direction du Parti en vue de discussions à tenir dans le cadre de son congrès provincial, qui se tiendra les 9 et 10 septembre à Montréal.
Au total, treize membres de la région participeront à cet événement d’envergure en compagnie du président, Josué Gaudreault-Bouchard.
D’abord, il sera proposé de recréer le ministère des Régions en décentralisant les infrastructures au niveau régional, en nommant un sous-ministre par région et en visant la coordination et l’action gouvernementale au sein des régions. Selon M. Gaudreault-Bouchard, il faut mener les ministères et autres organismes publics à agir, à rendre des comptes en matière de décentralisation et de déconcentration, et à établir un véritable partenariat avec chacune des régions.
Le second point de discussion : dans un premier mandat, le gouvernement du Québec devra consulter les Québécois au sujet de la rédaction de la constitution interne du Québec. « Ce texte reflétera ce que nous sommes et ce que nous voulons transmettre et il inclura des dispositions de la Charte de la langue française et d’une Charte des droits de la personne et de la collectivité, ainsi que notre droit à disposer de nous-mêmes », ajoute le président.
Au sujet de l’économie, le Parti québécois pense qu’un moyen de soutenir le développement au Québec est l’exportation de produits à valeur ajoutée. Le développement serait aussi lié au concept d’obliger les entrepreneurs à utiliser 30% de bois dans les constructions en province.
Quant au domaine de la santé – la quatrième revendication – le président croit qu’il faut faire en sorte que les diplômés en médecine qui décident de pratiquer hors du Québec moins de 10 ans après la fin de leurs études remboursent en totalité ou en partie les coûts liés à leur formation. Cette mesure ferait exception de la pratique effectuée dans un contexte d’aide humanitaire.
 

Partager cet article