La radio-fluoroscopie n’est plus offerte à l’hôpital de La Malbaie (vidéo)

Par Eric Maltais 3:34 PM - 07 juin 2017
Temps de lecture :
https://www.youtube.com/watch?v=JjLieBmJxI0

 

Michel Couturier, maire de La Malbaie, Jacques Tremblay, conseiller municipal aussi ex-directeur général du Centre hospitalier Saint-Joseph, Gilles Jean, président de la Fondation hospitalière, et Frédéric Lajoie, homme d’affaires et patient nécessitant des soins réguliers, unissent leur voix et lancent un cri d’alarme au ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, afin qu’il garantisse que la salle de radio-fluoroscopie de l’hôpital de La Malbaie restera opérationnelle et que l’équipement actuellement défectueux soit remplacé dans les meilleurs délais.

« Nous devons nous poser deux questions. D’abord pourquoi cet appareil défectueux depuis la semaine dernière n’est-il pas remplacé? Et quand aurons-nous dans cette ville de la radio-fluoroscopie? La salle est là, disponible, et nos malades doivent prendre des journées de congé et engager des frais pour aller se faire soigner à l’extérieur de Charlevoix », explique le maire.

Cet équipement spécialisé, qui sert surtout pour diagnostiquer les maux chez les personnes âgées et handicapées, est nécessaire pour faire fonctionner la clinique de la douleur. Selon le Dr Roc Turcotte, radiologiste présent à l’hôpital de La Malbaie lors de l’arrêt de l’appareil : « La radio-fluoroscopie est essentielle pour notre département de radiologie, c’est un équipement de base nécessaire. C’est comme si tu disais à un chirurgien de venir opérer sans scalpel ! ».

Comme le souligne le conseiller Jacques Tremblay, il se fait annuellement plus de 1500 examens à La Malbaie. Ces patients, qui se font injecter un liquide fluorescent afin de localiser le mal, doivent maintenant se déplacer ailleurs dans la région de Québec, perdant ainsi leurs soins de proximité. Si les médecins radiologistes n’ont plus les appareils de base requis pour leur travail, ils se déplaceront moins à La Malbaie. Un simple examen devra donc se faire ailleurs.

Le maire Couturier rappelle qu’il y a un mois, il tenait une conférence de presse pour obtenir du ministre Barrette la confirmation du projet de rehaussement de l’hôpital de La Malbaie au niveau 2 du Plan québécois d’infrastructures. Silence radio quant à une réponse!

Depuis, les représentants de la Fondation ont interpellé le maire quant à l’arrêt de service bien réel à l’hôpital.

L’inaction du Ministère, selon M. Couturier, compromet déjà les services de proximité pour les citoyens de Charlevoix. Depuis une semaine maintenant, le personnel de l’hôpital ne peut plus procéder aux examens médicaux et il doit plutôt communiquer avec les patients pour les rediriger sur une liste d’attente qui était de 25 noms au départ et qui se situait à plus de 200, augmentant davantage de jour en jour. Être sur cette liste d’attente indique au patient, qu’en plus du délai, il devra se déplacer à l’extérieur. Frédéric Lajoie, résidant et travailleur de La Malbaie, vivra cette réalité. Maintenant, lui et sa conjointe devront chacun prendre des journées de congé pour se rendre à leurs examens. En plus de pertes de salaire, ils devront subir les frais reliés à cette problématique.

L’argent est là…

Gilles Jean, président de la Fondation, se questionne aussi puisqu’il assure que le remplacement de l’appareil ne pose aucun problème d’argent, son organisme ayant même investi à la hauteur de 2,3 M $ dans le parc de radiologie : « La

Fondation est prête à appuyer financièrement l’installation d’un nouvel appareil de radio-fluoroscopie. Notre mission, c’est de fournir des équipements. Si nous perdons des services, les gens se demanderont pourquoi ils soutiendraient une Fondation alors qu’ils ne reçoivent plus de services. Nous avons de généreux contributeurs, mais il y aura un malaise si la Fondation ne peut plus investir ici » ».

Selon nos informations, l’appareil figurait aussi dans la liste de remplacement des équipements du CIUSSS. D’où l’extrême inquiétude du maire de La Malbaie : « Faudrait-il comprendre de cette situation que le ministre Barrette confirme son intention de doter l’hôpital de Baie-Saint-Paul d’équipements neufs et d’y faire glisser les soins de celui de La Malbaie? À ce jour, la stratégie du Ministre pour la gestion des hôpitaux de Charlevoix se résume à une citation bien simple : Il déshabille Pierre pour habiller Paul,» conclut le maire, vraiment irrité.

Partager cet article