Le G7: une mine d'or… pour tous?

Par Gilles Fiset 8:32 AM - 01 juin 2017
Temps de lecture :
La rénovation des trottoirs avant l’arrivée des délégués du G7 à Taormina aurait contraint plusieurs commerces à fermer leur porte selon Jade Toussay du Hoffingtonpost.fr. (Photo de l’AFP prise sur le site du Hoffingtonpost.fr du 26 mai)

TO GO WITH AFP STORY BY ELLA IDE – A picture shows a road under renovation in the center of Taormina on May 4, 2017. The small Sicilian city of Taormina will host the next summit of the heads of the Group of Seven (G7) industrialised countries on May 26 and 27, 2017. The city will be in lockdown from May 13, with cars banned and residents bussed in and out of town under guard. / AFP PHOTO / Francesco FARACI

Même s’il semble que le passage du G7 dans une communauté permet de l’enrichir et pour longtemps (voir autre article), tous ne sont pas de cet avis. Parlez-en aux commerçants de Taormina.
Par Gilles Fiset
Pendant que l’on annonçait que La Malbaie accueillerait les représentants du prochain G7, les grandes puissances économiques discutaient de l’avenir du monde les 26 et 27 mai à Taormina en Sicile, une petite station balnéaire de 11 000 habitants au bord de la mer. Certains de ses commerçants semblent en avoir long à dire long à dire sur la prétendue mine d’or que représenterait le G7. « On espère que l’événement incitera les touristes à venir et que les retombées économiques compenseront les pertes enregistrées par certains d’entre nous », affirme Luigi Scaffi dans le Libération du 26 mai. « La ville, qui vit essentiellement du tourisme, a été fermée à tous les visiteurs bien avant le début du sommet, au grand dam des commerçants », ajoute l’article.
Dans un reportage de Jade Toussay du Hoffingtonpost.fr, un autre commerçant témoigne des problèmes engendrés par les travaux avant l’arrivée des délégations internationales. « On dirait que la ville vient d’être bombardée, c’est de la folie », explique à l’AFP Turi Siligato, 53 ans, propriétaire d’un restaurant, en désignant les gravats tout autour de lui et les trottoirs dont la rénovation a contraint plus d’un commerce à fermer ses portes. Les touristes qui voient ça ne reviendront jamais. C’est inimaginable de démarrer des travaux de cette ampleur alors que la saison touristique est déjà largement entamée », explique-t-il.
Certains propriétaires d’auberge et d’hôtels situés trop près des lieux de réunion ont même dû fermer leur porte et annuler leurs réservations bien avant l’arrivée des grands dignitaires, selon plusieurs sources.
Le maire de Taormina n’avait pas la faveur de ses concitoyens après le passage des délégations du G7. « Je suis sans doute l’homme le plus détesté de Taormina », a-t-il reconnu. « Mais, ajoute-t-il, une fois que ce sera terminé et que la colère sera tombée, les travaux réalisés seront toujours là », cite Jade Toussay.
 
 
 
 

Partager cet article