La valse des puissants

Par Emelie Bernier 3:04 PM - 01 juin 2017
Temps de lecture :

Charlevoix accueillera l’an prochain le G7. Toute la planète le sait désormais. Notre minuscule région, enclavée entre fleuve et montagne, servira de salle de bal pour la valse des puissants. Ce sont eux qui valseront, mais nous serons tous étourdis!
Difficile, de notre perspective, d’imaginer le branle-bas qui s’annonce autour de ces deux petites journées de bastringue. Mais vous n’avez jamais vu ça. Et ça n’arrivera sans doute qu’une fois.
Au moment d’écrire ces lignes, la petite ville sicilienne de Taormine et ses 11 000 habitants encore ébouriffés par le plus gros party géopolitique de l’année commencent à peine à s’en remettre, et ce, même s’ils n’ont pas posé le petit orteil sur le plancher de danse.
A Taormine, on évoque des chiffres qui en disent long : environ 4000 journalistes, près de 8000 membres des forces de l’ordre, des milliers de délégués des 7 puissances mondiales, un total de 30 000 accréditations, soit approximativement la population complète de Charlevoix! Et ça, c’est sans compter les manifestations alter-mondialistes qui ne passeront certainement pas leur tour…
Dans la bourgade italienne, le G7 est loin de faire l’unanimité, comme on peut le constater ici (http://bit.ly/2quSv6g). Le maire n’a pas la cote auprès de ses concitoyens, mais il persiste à croire qu’à long terme, sa communauté ressortira gagnante de l’aventure G7.
Déjà, la ville est plus jolie que jamais, avec ses rues fraîchement pavées, ses devantures débarbouillées, ses haies taillées et tous ces menus détails qu’on arrange avec un peigne fin… On ne rigole pas avec l’esthétique des lieux où se tient un G7.
C’est peut être ça, la meilleure nouvelle pour Charlevoix. Car si elle est d’emblée jolie, la région sera en plus pomponnée, bichonnée, récurée de fond en comble! On chuchote même que des projets d’envergure pourraient prendre la voie rapide pour être réalisés à temps pour la nouba des omnipotents! Le maire Couturier en rêve probablement la nuit… Et si c’était le coup de pouce miraculeux attendu pour le fameux projet du Havre?
À Huntsville, où s’est tenu le dernier G7 (alors G8) canadien, les millions investis par le gouvernement fédéral ont laissé de belles traces.
Quoi qu’il en soit, il n’y aura sans doute pas une seule chambre de libre d’un bout à l’autre du territoire durant l’événement… Les touristes déconnectés s’en rendront peut-être compte à la dure! Et les futés apprendront vite fait le le b-a ba de Airbnb!
Même s’il faut éviter de céder à la peur, j’ai 7 (remarquez l’horrible jeu de mots, ici) raisons de m’inquiéter. La fameuse chanson de Boris Vian, La java des bombes atomiques, tourne en boucle dans ma tête depuis l’annonce de la tenue de l’événement sur nos terres… C’est l’histoire d’un tonton fameux bricoleur qui « faisait en amateur des bombes atomiques ». Sa bombe fonctionne, mais n’a qu’une portée très restreinte, ce qui lui cause bien des soucis, jusqu’au jour où il comprend que « la seule chose qui compte, c’est l’endroit où s’qu’elle tombe ». Apprenant que le tonton en question approche du but, tous les grands chefs d’État se précipitent. Il les accueille avec un sourire puis les enferme dans son atelier et… pouf! « De tous ces personnages il n’est plus rien resté »… Acte manqué ? Au final, Tonton se défend en clamant qu’en « détruisant tous ces tordus », il est convaincu d’avoir sauvé la France. La conclusion tout Vian est marrante, puisqu’il est amnistié puis élu chef du gouvernement… (Vaut mieux écouter le chef d’œuvre sur Youtube: http://bit.ly/2rcCEu8). L’ironie parfaite de cette chanson laisse cependant un arrière-goût un peu amer… Vous comprendrez pourquoi.
Disons que ce n’est sans doute pas pour rien que la région verra débarquer la cavalerie, la marine, les forces spéciales aériennes, terrestres et tutti quanti! Un tel concentré de puissants exige des mesures de sécurité exceptionnelles. Des articles utilisent l’expression « état de siège » pour décrire l’ambiance à Taormine. Éloquent.
Est-ce que la région a les reins assez solides pour supporter tout ça ? Ceux qui la défendent sont convaincus que oui et mettront tout en œuvre pour le prouver.
L’excitation est palpable et ça se comprend. Au-delà des enjeux du G7, dont on reparlera (Trump a encore fait des siennes à Taormine avec un retentissant « f… le climat! », soupir), la fierté d’avoir été jugés dignes de recevoir le Monde avec un grand M à notre table est réelle. Il ne reste plus qu’à la mettre, cette table!

Partager cet article