Un vent de jeunesse dans les commerces

Par Gilles Fiset 12:00 AM - 29 juillet 2015
Temps de lecture :

Le Festif!, avec ses spectacles et ses amuseurs de rue, remplit la rue Saint-Jean-Baptiste d’une jeunesse qui a l’esprit à la fête. Le festival devient une nouvelle carte postale pour Baie-Saint-Paul. 
 

Interrogés par le journal la fin de semaine dernière, les commerçants de la rue Saint-Jean-Baptiste constatent pour la plupart une augmentation de la fréquentation de leurs boutiques par une clientèle plus jeune et plus festive. « Ça amène une clientèle plus jeune, dans les 25 à 35 ans environ », affirme Paule Brassard de Fraîcheurs et saveurs. « C’est beaucoup plus jeune. Il y a beaucoup de gens intéressés qui viennent voir dans la rue, donc ça amène une vie intéressante », affirme Bernadette Guédon, de la boutique l’Univerre. 

Cet achalandage permet à certains d’augmenter de façon substantielle leur chiffre d’affaires, particulièrement cette année. « C’est une meilleure fin de semaine que les autres pour l’achalandage et pour l’achat », constate Sophie Brisson, de la boutique l’Arrivage. « Cette année, c’est meilleur, beaucoup plus de monde, tu sens que la fête a pris de l’ampleur et que les gens sont plus étendus à toute la rue Saint-Jean-Baptiste », remarque aussi Marc Desgagnés, de la Galerie du sport.

Cependant, selon le produit qu’on vend, l’augmentation de l’achalandage ne se traduit pas nécessairement par une augmentation des ventes. « C’est moins bon cette fin de semaine là pour le chiffre d’affaires », déplore Bernadette Guédon, de la boutique l’Univerre, dont le commerce se spécialise en objets décoratifs de verre. Un avis partagé par plusieurs, telle Chantale Racine, de la galerie d’art l’Harmatan. « Ça apporte une clientèle différente de gens plus intéressés à fêter que de gens intéressés à la peinture; plus d’achalandage, mais moins de ventes ».

Finalement, plusieurs commerçants ne voient aucun changement significatif dans leur chiffre d’affaires étant donné la période de l’année, qui apporte son lot de touristes peu importe les événements qui se déroulent en ville. « Quand ils ferment la rue, on a toujours plus d’achalandage et le Festif! est de toute façon dans une période très achalandée », commente Cynthia Duchesne, de la Chocolaterie Cynthia. « Pour mon restaurant, de toute façon, ça roule ces temps-ci durant la fin de semaine de la construction », dit Caroline Bandulet du restaurant le Saint-Pub de la MicroBrasserie Charlevoix.

Partager cet article