Une table racontant notre histoire maritime

Par 12:00 AM - 25 août 2014
Temps de lecture :

Une table de pique-nique construite selon les principes d’assemblage scandinave et racontant l’histoire maritime de la région vient d’être installée au Port-de-refuge à Cap-à-l’Aigle, juste en face de la mer.

 

L’œuvre de 104 pouces de long a été conçue et offerte généreusement par le menuisier d’art Luc Bélanger, soucieux de maintenir l’intégrité de l’environnement.

 

Le bois qui a été utilisé pour fabriquer la table vient à l’origine de l’Ouest canadien et a été fourni à l’époque par le gouvernement fédéral pour la construction des quais tout le long du littoral du fleuve Saint-Laurent :

 

« Je me suis servi de bois qui a séjourné une longue période dans l’eau et qui a absorbé au fil du temps une multitude de minéraux qui se sont calcifiés, ce qui a eu comme effet d’augmenter la densité et le poids tout en lui donnant une texture et un reflet distinctifs », a-t-il commenté.

 

Luc Bélanger récupère la matière première à bord de son gros zodiac. Il commence par cibler le bois submergé, l’apporte ensuite au moulin d’André Dufour pour les étapes du sciage et de la transformation et se concentre en dernier lieu à la fabrication d’une œuvre originale, unique au monde :

 

« Lorsqu’on prend place à la table de pique-nique pour respirer l’air salin de la mer, on a comme l’impression d’être assis au bord d’un quai d’antan », de lancer M. Bélanger avec un grand sourire.

 

Il a fait don de sa table au Port-de-Refuge, site qu’il considère comme un endroit de prédilection pour la population locale et les visiteurs :

 

« C’est aussi une sorte de contribution personnelle à l’égard de la direction de la marina, a-t-il confié tout de go. La table peut servir, par exemple, aux juges durant les courses de voiliers et c’est aussi un test pour le grand public ».

 

La direction de la mariné a été ravie de recevoir un tel cadeau :

 

« Nous avions noté que certains endroits comme le nôtre avaient été embellis et cette table vient en quelque sorte mettre en valeur nos nouvelles infrastructures, une œuvre unique qui se marie à merveille avec notre projet», ont raconté à l’unisson Jacques Roy, membre du conseil d’administration, et le commodore Claude Bergeron.

Partager cet article