L’équilibre budgétaire reporté à 2016 pour la Commission scolaire

Par 12:00 AM - 20 août 2014
Temps de lecture :

La Commission scolaire de Charlevoix a finalement adopté mardi soir un budget déficitaire pour l’année 2014-2015. Une situation exceptionnelle, rappelle son président Pierre Girard, et qui vient avec l’obligation de renouer avec l’équilibre budgétaire dans deux ans.

La Commission scolaire de Charlevoix (CSC) jongle depuis plusieurs mois déjà avec son budget et a été jusqu’à rencontrer le ministre Yves Bolduc pour obtenir l’autorisation de déposer un budget déficitaire. Il manque en fait 710 000 $ à la CSC pour boucler son budget de 40,2 millions $. L’organisme a « obtenu l’accord » du ministère de l’Éducation pour adopter un budget déficitaire, mais s’engage à déposer un plan de redressement financier et à renouer avec la rentabilité en 2016.

« C’est une situation exceptionnelle pour nous », résume le président Pierre Girard, rappelant que la CSC a épongé « 2,4 millions $ en coupures budgétaires depuis 2010, dont plus récemment 605 000 $ imposés par le nouveau gouvernement libéral. On n’aura pas le choix de couper dans les services aux élèves. On veut évidemment que ça fasse le moins mal possible, mais ce sera un gros défi pour nos équipes-écoles. »

Car en fait, la CSC entend engager les directions d’école et leur équipe dans les choix qui seront à faire. Et lorsqu’on parle de services aux élèves, il est notamment question de services de techniciens et de spécialistes, d’aide aux devoirs ou encore de service de bibliothécaire. «Ce qui est nouveaux avec ces coupures, c’est que cette fois le gouvernement nous laisse la possibilité de faire nos propres choix. Nos équipes-écoles vont faire un bout et de notre côté, la Commission scolaire va voir comment elle peut survivre, si on peut dire », ajoute M. Girard.

Si la situation budgétaire de la CSC est préoccupante dans le contexte actuel, M. Girard précise toutefois qu’une potentielle fusion avec une commission scolaire voisine est écartée. Il affirme aussi que « petites et grandes écoles auront le même niveau de services ».

Plus d’élèves

N’eut été cette ombre au tableau, l’année scolaire 2014-2015 débute avec « du positif », souligne M. Girard, citant une hausse du nombre d’élèves. On en compte notamment 79 de plus au primaire, dont une classe de préscolaire de 11 élèves à Petite-Rivière-Saint-François. Une situation qui ne s’était pas vue dans ce village depuis plusieurs années. L’école Laure-Gaudreault de Clermont accueille aussi une trentaine d’élèves supplémentaires. La clientèle est aussi en hausse dans les écoles secondaires.

Plusieurs écoles ont aussi subit quelques travaux au cours de l’été, dont Rodolphe-Forget et Laure-Gaudreault.

Partager cet article