Le bruit des navettes dérange

Par Emelie Bernier 12:00 AM - 14 juillet 2014
Temps de lecture :

 

Quelques dizaines de citoyens se sont présentés au conseil municipal de Les Éboulements le 7 juillet afin d’exprimer leurs doléances au sujet du bruit causé par la navette ferroviaire. Une problématique de sécurité a aussi été soulevée.

Par Émélie Bernier

Le maire Pierre Tremblay reconnaît que le sifflement de la navette peut être irritant. «La navette passe 5 fois aller retour, donc 10 fois dans la journée dont la dernière est en soirée, vers 10h45. Elle doit signaler aux 3 passages à niveau. Les gens trouvent ça abusif», explique-t-il. Quelques hôteliers dont les clients n’apprécient guère de se faire déranger la nuit étaient de la partie.

Pierre Tremblay précise que la notion de sécurité est primordiale, mais que des discussions sont en cours afin de trouver des solutions, voire faire certains ajustements. « Il y a des lois à respecter, mais on a certaines choses à vérifier, comme le nombre de décibels maximal et minimal. Il reste à voir si c’est conforme », précise le maire.
Il ajoute que les citoyens n’ont pas comme objectif de « faire arrêter la navette». « On est en mode solution pour limiter le dérangement, surtout le soir. Ce qui est étrange, c’est que le train semble faire beaucoup moins de bruit que la navette. L’intensité du signal de la navette serait beaucoup plus forte selon les gens qui se sont manifestés », ajoute le maire. Réseau Charlevoix fera son bout de chemin. Une séance d’information publique devrait suivre sous peu.

Passage à niveau jugé dangereux

Une question de sécurité a aussi été soulevée par certains citoyens qui craignent qu’un incident se produise au passage à niveau situé aux abords de l’Auberge Beauséjour. « Le problème, c’est que les phares allument pendant que la navette est arrêtée au débarcadère et que les gens, comme ils ne voient pas de train,   passent quand même, pressés parce qu’ils ne veulent pas manquer le traversier», précise le maire Pierre Tremblay. Le système actuellement en place n’a pas l’effet dissuasif espéré. « C’est un système qui doit être revu, on essaie de voir avec Réseau Charlevoix. Avec le traversier, on a beaucoup de trafic », conclut-il.

 

 

Partager cet article