Commission scolaire de Charlevoix: pas de fusion en vue

Par Emelie Bernier 12:00 AM - 14 juillet 2014
Temps de lecture :

 

 

La directrice de la Commission scolaire de Charlevoix et son président, Martine Vallée et Pierre Girard,  ont eu l’occasion de s’entretenir en tête à tête avec le ministre de l’Éducation Yves Bolduc et à la députée de Charlevoix, Caroline Simard, lors d’une rencontre le lundi 7 juillet. Contrairement a ce qu’indique le titre d’un article sur le sujet dans le Soleil d’aujourd’hui, la fusion semble écartée pour Charlevoix.

 

Pierre Girard dresse un bilan positif de l’entretien qui, s’il ne règle rien à brève échéance,  a permis à tout le moins d’exposer l’ensemble des préoccupations et d’entamer de sérieuses discussions à leur sujet. « On a soulevé plusieurs points. Ça s’inscrivait dans le pèlerinage qu’on fait depuis deux ans suite aux compressions budgétaires qui nous ont été imposées. Avec le nouveau 500 000$ de compressions du dernier budget  adopté,  on est rendu à 2 600 000 $ depuis 2010-2011. Ça ne peux pas continuer comme tel», dit Pierre Girard.

 

La commission scolaire  de Charlevoix (CSC) a été très active au chapitre des représentations ces derniers temps, ayant notamment insisté pour donner son avis au comité d’expert chargé d’évaluer l’avenir de ces quelque 70 structures à l’échelle québécoise. « La conclusion de ce comité d’expert, c’est qu’ils souhaitent le maintien du réseau et que  c’est un très bon réseau au Canada dont plusieurs pays d’Europe s’inspirent. Le point central, c’est d’avoir une équité pour tous les élèves du Québec, peu importe la région, peu importe la CS, que tous les élèves aient la même chance de diplômation. La conclusion des experts rejoint ce qu’on prétend depuis le début  », insiste Pierre Girard.  Le financement demeure un sujet épineux, en cette période d’assainissement des finances publiques.  Une modulation du financement  qui tiendrait compte des spécificités et des caractéristiques entre autres géographiques du territoire fait partie des solutions apportées par les représentants de Charlevoix.

La députée Caroline Simard, qui a initié la rencontre, a à cœur la rétention des jeunes dans sa région. « Je suis hyper sensibilisée à l’idée de garder les jeunes dans la région. Pour ça, on doit leur offrir un choix de formation intéressant et varié, adapté au marché du travail, surtout en ce qui concerne la formation professionnelle. Il faut créer des avenues pour nos jeunes », a insisté la députée.

 

Les inconvénients de la position de Charlevoix au sein de la Capitale-Nationale ont une fois de plus été relevés. «Parce qu’on est dans la CN et qu’on n’a pas le facteur d’éloignement, on est pénalisé d’un million $. Juste cet élément ferait qu’on serait en équilibre budgétaire », confie Pierre Girard.

 

La CSC planche sur une journée de réflexion destinée aux commissions scolaires qui, comme elle, compte moins de 5000 élèves afin de faire le point sur leurs difficultés communes et soumettre  un rapport au ministère. Le ministre Bolduc a affirmé qu’il assisterait à cette journée prévue cet automne.

 

Partager cet article