Complices pour la réussite

Par Emelie Bernier 12:00 AM - 21 mai 2014
Temps de lecture :

 

Quand Ian Turner et Line Beauchamp se sont rencontrés, ils se sont vite découvert des affinités. Le dirigeant de la Mine Sitec  n’a pas eu de mal à convaincre l’ex-ministre de l’Éducation d’agir à titre de présidente d’honneur de la campagne charlevoisienne Axé sur la réussite , une démarche concertée dont l’objectif est de promouvoir une conciliation travail-études favorable à la réussite chez les jeunes.

 

«Les jeunes passent trop d’heures à gagner leur vie, se désintéressent de l’école, ce qui accentue le risque de décrochage. Ça s’améliore, on diplôme plus de jeunes, année après année, mais au Québec,  on valorise moins l’éducation qu’ailleurs et on a besoin de monde qui embarque et qui se sent concerné », avance Mme Beauchamp. Elle croit fermement qu’une mobilisation du milieu de l’emploi peut faire une différence.

 

«Parmi nos décrocheurs, il y en a plusieurs pour qui il ne manque qu’un cours, deux cours, pour finir leur secondaire. En ce moment même, dans Charlevoix, il y a sûrement des jeunes qui décident d’aller travailler tout de suite et peut-être qu’ils vont rater leurs examens du ministère, rater leur diplôme de secondaire 5. Si on allait juste chercher ceux-là, on aurait beaucoup amélioré les choses », avance-t-elle.

 

 

Dans ce dossier, Line Beauchamp se considère comme une interprète entre le milieu des affaires et le milieu de l’éducation, dans ce dossier et sa rencontre avec Ian Turner été déterminante. « Je ne serai pas ici sans lui », résume Mme Beauchamp.

 

L’homme d’affaires n’a pas hésité à s’engager lui aussi. «On est une compagnie en croissance et nous avons une demande pragmatique. Au lieu d’importer du monde de partout, on aimerait les éduquer chez nous. On a besoin de techniciens, de mécaniciens, d’électriciens et nous avons le talent et les outils en région », explique-t-il. À titre d’exemple, il cite ce jeune employé de la mine devenu récemment le premier ingénieur minier de Saint-Urbain. «Il travaille pour Arcelor Mital, maintenant. C’est sûr que si on développe les compétences, le risque de perdre les employés est là, mais on mise sur l’attachement à la région », explique-t-il. Il se réjouit d’ailleurs de constater qu’à quelques exceptions près, tous ses employés sont charlevoisiens. « Il faut que les employeurs se disent que c’est un investissement de favoriser une bonne conciliation travail/études. Il faut voir à long terme », croit M. Turner.

 

«On a des jeunes en 4e et 5e secondaire , à deux pas d’obtenir leur diplôme, qui quittent pour aller travailler, c’est dramatique. C’est un discours au plan des valeurs et des croyances. La persévérance scolaire, c’est un travail d’équipe. On n’empêche pas nos jeunes de travailler. On n’empêche pas nos employeurs de les engager, mais on veut leur faire prendre compte que la réalité première d’un jeune, c’est d’être à l’école. La qualification et la diplomation ne peuvent que rendre services aux employeurs », croit Pascale Gingras, directrice des services éducatifs à la commission scolaire de Charlevoix qui agit à titre de leader pour cette initiative.

 

La chambre de commerce de Charlevoix, Emploi Québec, le CLD et la MRC de Charlevoix-Est, le CLD de Charlevoix, la Mine Sitec et les restaurants Mikes sont aussi impliqués dans ce programme de sensibilisation et de mobilisation décliné en 3 phases. Le colloque à l’intention des parents du 7 juin s’inscrit dans la première phase. Les seconde et troisième cibleront davantage les employeurs, d’abord au moyen d’un 5 à 7 puis grâce à des engagements concrets. Tous les employeurs sont invités à ce premier Rendez vous des affaires et de la persévérance scolaire qui se tiendra le 5 juin à L’Hôtel La Ferme et permettra de jeter les bases d’une démarche qui pourrait essaimer à l’échelle québécoise, selon la présidente d’honneur. «La démarche peut devenir un modèle et inspirer d’autres régions. Un tel rendez-vous qui mobilise autant : la chambre de commerce, des représentants des employeurs, la commission scolaire,  des acteurs du privé, c’est déjà un bel exemple à donner au reste du Québec », conclut-elle. Pour réserver votre place, composez le 418-665-6180 poste 303 ou visitez le creezdesliens.com.

Partager cet article