Salut Claudette!

Par Emelie Bernier 12:00 AM - 07 mai 2014
Temps de lecture :

 

Après 5 ans de bons et loyaux services, Claudette Simard quitte la présidence du Centre local de développement de la MRC de Charlevoix. L’équipe du CLD a profité de son assemblée générale annuelle pour rendre un hommage sentie à celle qui a choisi de laisser la place tant pour se consacrer à ses activités de préfet et de mairesse de Saint-Urbain que pour assurer un « brassage d’idées ».

 

« Pour moi, la gouvernance, il faut que ça tourne! Il faut qu’il y ait du changement. Je pense que c’est plus démocratique et plus sain pour les organisations quand  il y a des idées nouvelles, un brassage d’idées », explique la principale intéressée.

 

« En 5 ans à la présidence, elle a fait un excellent travail. On a découvert la gouvernance au féminin!  C’était vraiment une approche humaniste. La première question qu’elle posait, c’était «comment ça va ? » On n’avait pas connu ça, une approche aussi humaine », salut André Simard, directeur général. Il n’a pas caché son émotion. « J’ai beaucoup aimé travailler avec elle », ajoute-t-il, soulignant l’efficacité de sa présidente sortante. « Elle est aussi capable d’être cartésienne et arrive toujours bien préparée », poursuit-il.

 

« Je ne m’attendais pas à recevoir un hommage, j’ai été très émue. Quand je suis arrivée au CLD, c’est l’équipe qui m’a attirée et j’ai appris beaucoup avec eux », avance Mme Simard. Elle considère que ses 5 années à la présidence du CLD lui ont donné les outils et la confiance nécessaires pour devenir préfet. « Moi, je n’ai pas de formation professionnelle en administration, Je leur dois beaucoup, ils m’ont donné beaucoup confiance en moi et ça m’a aidé à viser la préfecture », ajoute celle qui continuera de siéger au c.a. du CLD comme administratrice. Claudette Simard siège aussi depuis janvier au c.a. de la Conférence régionale des élus de la Capitale-Nationale (CRÉ).

 

L’identité du prochain président sera connue le 22 mai. «C’est un défi de trouver une relève, mais ce sera un mandat dans la continuité », conclut André Simard. L’élu pourra compter sur un conseil d’administration expérimenté puisque celui-ci demeure le même.

 

Partager cet article