Achalandage en hausse de 11 % aux Sources joyeuses

Par 12:00 AM - 07 mai 2014
Temps de lecture :

Les Sources joyeuses ont connu une saison 2013-2014 historique. Le centre de plein air du rang Sainte-Madeleine à La Malbaie constate en effet une hausse de 11 % de sa clientèle hivernale et une saison prolongé de plus de 25 jours.

Oui, l’hiver a été long, mais les investissements en équipement au centre de plein air lui ont permis d’en profiter. « L’achat de la surfaceuse l’année dernière nous a permis d’allonger la saison. Nous sommes moins dépendant des conditions climatiques puisque nous pouvons retravailler les pistes de ski de fond aux besoins », explique le président, Michel Truchon.

Le nouvel équipement, acquis l’an dernier au coût de 40 000 $, a donc permis d’ouvrir la station 101 jour cet hiver sur une possibilité de 109. « C’est du jamais vu. L’an dernier, nous avons opéré 73 jours », précise M. Truchon.

Les Sources joyeuses, qui offrent également un réseau de sentiers de raquette, du patinage et des glissades, ont accueilli pour leur 22e saison 15 818 visiteurs cet hiver, soit 11 % de plus que l’an dernier. Une année également exceptionnelle pour les classes neige puisque plus de 400 écoliers ont profité des installations avec leurs enseignants dans le cadre de sorties scolaires.

« C’est une super belle saison », résume M. Truchon, qui tenait à remercier les partenaires financiers leur ayant permis d’acquérir la surfaceuse l’an dernier. Le CLD de la MRC de Charlevoix et son pacte rural (15 000 $) ainsi que l’ancienne ministre des Loisirs, Marie Malavoy (5000 $), ont contribué. L’organisme s’est engagé avec un rpêt pour le reste du montant.

Fondé par des gens du secteur il y a une vingtaine d’année, Les Sources joyeuses compte aujourd’hui un employé permanent et quatre travailleurs saisonniers ainsi que sur des bénévoles dévoués. L’organisme administre un budget annuel d’environ 100 000 $ et compte sept administrateurs soit Michel Truchon, Gilles Mathieu, Pascal Leblond, Diane Lavoie, Jennifer Chabot, Philippe Carrier-Moisan et Laurier Néron.

 

Partager cet article