Amir Khadir et Québec solidaire à La Malbaie

Par 12:00 AM - 28 mars 2014
Temps de lecture :

Amir Khadir de Québec solidaire est passé par La Malbaie, martelant que son parti « est celui des régions ». Premier candidat vedette à fouler la circonscription depuis le début de cette campagne électorale, il a prêté main forte au candidat local Jean-Yves Bernard.

M. Khadir a rencontré les journalistes en marge de la Conférence nationale de Solidarité rurale du Québec, au Manoir Richelieu à La Malbaie. Flanqué du candidat local Jean-Yves Bernard, M. Khadir a présenté la vision de « décentralisation vers les régions » de QS, déclarant que « la réalité pourrait être différente » le 8 avril prochain  « si les gens décident de voter avec leur tête, avec cœur et avec leurs convictions. Ça pourrait donner au Québec au moins une équipe forte de 10, 12, 20 députés Québec solidaire pour défendre les intérêts de toute la population et ça, ça veut dire changer la structure du pouvoir en faveur d’une décentralisation vers les régions. »

Une décentralisation qui passe notamment, selon « les Solidaires » par le soutien des services publiques. Un acte « d’enrichissement collectifs », selon M. Khadir qui cite comme exemple « des CLSC ouverts sept jours sur sept à l’échelle du territoire ». M. Khadir croit également que « l’usage du territoire » doit « relever des municipalités », d’où l’engagement de son parti à revoir notamment le modèle des redevances minières. Car « tout se tient » lorsqu’il est question de dynamiser les régions, citant également le soutien pour l’agriculture, et la protection des terres agricoles, ainsi que des investissements dans le transport collectifs.

Sur cette question, chère au cœur de QS, M. Khadir croit que la réflexion est autant rurale qu’urbaine et s’applique à Charlevoix-Côte-de-Beaupré, malgré les distances : «  Il faut sortir du cadre et à ce qu’on est habitué de voir. Ça veut dire par exemple des taxis collectifs à Victoriaville. Ça peut aussi vouloir dire des trains adéquats pour transporter des marchandises plutôt que de gros camions qui brisent nos routes. Quand on parle de transport collectif, voyez grand, voyez pays de l’Europe du nord et ce que le Québec serait capable d’accomplir si on était moins pogné avec le lobby pétrolier. »

Selon une récente étude citée par le politicien, 88 % des québécois préfèreraient que les gouvernements investissent dans les transports collectifs plutôt que dans les infrastructures routières. « Lâcher la pédale », invite M. Khadir.

Le candidat local M. Bernard croit pour sa part que les électeurs charlevoisiens peuvent « avoir confiance dans leur capacité de développer leur région a leur image, par eux même, et avec leur originalité et leur créativité. (…)  Dans notre politique, à QS, ce qu’on veut, c’est développer au maximum ces moyens d’impliquer les gens dans leur milieu. »

 

Partager cet article