Solidarité rurale du Québec en tournée: pour une 3e politique de la ruralité à votre image

Par Emelie Bernier 16 février 2012
Temps de lecture :

 

 

Une soixantaine de citoyens ont répondu à l’appel de Solidarité rurale du Québec. À l’aube de le troisième mouture de la politique nationale de la ruralité (PNR), la tournée de 31 rencontres sur le territoire québécois, veut permettre au citoyens du monde rural d’exprimer leurs besoins et désirs concernant l’avenir des régions.

« C’est très concret. On veut savoir ce qui est vécu au quotidien. Comment croyez-vous que la politique doive s’articuler pour répondre le mieux au besoin? ON récolte une masse d’information qu’on présentera ensuite, sous forme d’avis, au ministère des Affaires Municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire afin d’orienter la prochaine PNR », explique la présidente de Solidarité rurale du Québec, Claire Bolduc.

 

L’organisme qu’elle dirige agit à titre d’instance conseil auprès du gouvernement. À ce titre, Mme Bolduc estime « qu’une porte est ouverte.»  « La meilleure façon de nous donner de la crédibilité aux yeux du gouvernement Charest, c’est quand les ruraux font du bruit desrrière nous. 4000 personnes qui assistent aux consultations, c’est du bruit. Ça commence à compter par vote. Sans la ruralité, le Québec n’existe pas », insiste la dame, invitant à la mobilisation. Selon les statistiques, 25% des Québécois habitent l’une ou l’autre des régions de la province. Ce 25% génère cependant 30% du PIB.

 

« La prospérité du Québec passe par sa ruralité », scande la présidente. Pour elle, les demandes du monde rural sont légitimes : «On ne quête pas, on réclame, parce que c’est notre droit.»

Les agents de développement rural sont une des conséquences positives de la première politique de la ruralité, en 1992. Sylvie Germain et Huguette Marin, qui occupent ces postes respectivement dans la MRC de Charlevoix et celle de Charlevoix-Est, étaient ravies d’accueillir la tournée. « On travaille beaucoup dans l’ombre, avec le Pacte rural. On soutient des petits et grands projets et c’est agréable de voir notre travail reconnu », a commenté Mme Marin.

 

Accès au territoire agricole pour les jeunes, maintien du service dans les bureaux de poste, support et encadrement aux produits de spécialité, multigénérationnalité, soutien aux initiatives culturelles amateurs comme professionnelles, implantation d’un ministère de la ruralité sont tous des points qui ont été soulevés par l’assemblée.

 

Aux dires de Mme Bolduc, la tournée charlevoisienne se distingue par son positivisme. «Les gens sont fiers de ce qui est réalisé, ils parlent de ce qu’ils font, pas seulement de ce qui pourrait être fait », constate-t-elle. 

 

Au terme de la consultation, 3 forums permettront pousser encore plus loin la réflexion par rapport aux enjeux de société. Modèles économiques, éducation et culture, gouvernance et territoires en seront les axes.

 

Il est possible de s’exprimer sur les différents enjeux sur le site de Solidarité rurale du Québec et à l’adresse courriel tournee@solidarité-rurale.qc.ca.

Partager cet article