Terrasses du Cap-à-l'Aigle: le projet est lancé

Par 12:00 AM - 13 mai 2009
Temps de lecture :

Avec en main toutes les autorisations de la Ville, le projet des Terrasses du Cap-à-l’Aigle prend son envol et devrait faire entendre ses premiers coups de marteaux à l’automne pour un investissement de départ de 2 millions $.

Dans sa phase initiale, le projet représente un investissement de 2 millions $ incluant la construction de la route et des infrastructures. Une cinquantaine de maisons, construites selon un PIIA, seront construites le long d’une route en lacet de 2 km. Les terrains, dont une dizaine font l’objet d’une prévente, auront une superficie variant de 35 000 à 50 000 pieds carrés et seront desservis par le réseau d’aqueduc municipal. « Ce projet réunit toutes les caractéristiques de Charlevoix avec le fleuve et les montagnes. Nous visons un marché allant de moyen à haut de gamme », de préciser Benoît Gagnon, membre du groupe de promoteurs montréalais qui rassemble des membres de la même famille et des amis conquis par le paysage.

Bémol pour la Ville

Le projet a obtenu les autorisations nécessaires de

la Ville

en avril. Faute d’avoir pu entreprendre plus tôt leurs démarches auprès de leur entrepreneur, ce n’est cependant que vers la fin de l’été que les promoteurs accueilleront une activité intense sur le site. Le fait que

la Ville

de

La Malbaie

ne possède par de règlement sur les ententes sur les travaux municipaux, comme c’est le cas à Baie-Saint-Paul par exemple, aurait compliqué le processus selon les promoteurs.

« Cette situation n’a pas mis le projet en péril, mais ça l’a retardé. Ça a créé des discussions puisqu’il n’y avait pas ce règlement qui dicte dès le départ les règles du jeu aux promoteurs », d’expliquer M. Gagnon. Les conseillers municipaux Ferdinand Charest et Lise Lapointe ont eux aussi prêché pour l’adoption d’un tel règlement pour la ville. Les promoteurs devront d’ailleurs poursuivre leurs discussions avec

la Ville

en ce qui concerne la cession de la rue privée de ce nouveau développement inspiré de

la Suisse

et dont les retombées sont estimées à 15 millions $.

Partager cet article