Baie-Saint-Paul se chauffera-t-elle au bois?

Par Emelie Bernier 12:00 AM - 22 avril 2009
Temps de lecture :

Divers intervenants discutent actuellement d’un projet de chaufferie collective à la biomasse qui pourrait se retrouver au coeur de Baie-Saint-Paul. Bien qu’encore à l’étape du financement de l’étude de faisabilité, le projet progresse. Le CLD de Charlevoix, porteur du dossier, désire commander l’étude à la firme Poly-Énergie le plus tôt possible.

Le coût de l’étude est évalué à environ 60 000 $. La ville s’est engagée à défrayer 5000 $. Une demande a aussi été faite à l’Agence de l’efficacité énergétique qui pourrait financer 75 % de l’étude, comme le précise André Simard : « Nous aurons la réponse de l’Agence d’ici quelques semaines. Si ça fonctionne, nous aimerions pouvoir profiter des importants travaux qui auront lieu dans le centre-ville cet automne pour commencer l’implantation du système. »

Pour la Ville de Baie-Saint-Paul, il s’agit d’un premier pas, mais de nombreuses variables sont à prendre en considération, comme l’explique le maire Jean Fortin: « L’étude va permettre de voir si c’est viable pour Baie-Saint-Paul, mais il faut aussi garantir un approvisionnement, une rentabilité du projet. » Rappelons qu’un colloque sur la biomasse a eu lieu dans Charlevoix l’automne dernier et que si les partisans de cette source d’énergie nouvelle sont nombreux, elle a aussi ses détracteurs.
« Ce que j’en sais, c’est que c’est une nouvelle utilisation de la ressource bois, qui récupère les résidus de la foresterie traditionnelle et qui est une forme d’énergie alternative. Le débat environnemental n’est pas à négliger », soutient Jean Fortin.

L’aréna, l’hôtel de ville, la bibliothèque, mais aussi le centre hospitalier, avec son archaïque et très polluant système de chauffage au mazout lourd, l’hôpital et la maison-mère des Petites Franciscaines de Marie,  le musée d’art contemporain et les écoles du secteur pourraient être invités, le cas échéant, à se connecter à la chaufferie centrale. Le Groupe Le Massif s’est aussi montré intéressé à utiliser la biomasse comme source d’énergie d’appoint.

« Ce qui est bien avec Baie-Saint-Paul, c’est que plusieurs bâtiments importants sont proches les uns des autres.  L’étude démontrera aussi si la conversion des systèmes actuels est faisable et abordable », d’expliquer le maire Fortin.

Partager cet article