Réédition inédite de la version originale de Menaud Maître-Draveur: la fougue envolée de Félix-Antoine Savard

Par Emelie Bernier 12:00 AM - 24 mars 2009
Temps de lecture :

Saviez-vous que le roman Menaud Maître-Draveur avait été retouché plusieurs fois par son auteur, Félix-Antoine SAvard? C’est ce qu’on apprend dans la préface de la réédition du manuscrit original, celui de 1937. Signée par Serge Gauthier, de la Société d’histoire de Charlevoix, cette préface explique les changements survenus sur les différentes versions du texte, des changements stylistiques, certes, mais aussi des nuances subtiles dans l’intention et la fougue de l’auteur.

‘Monseigneur Savard était davantage revendicateur dans la version originale que dans celles qui ont suivi’, explique M. Gauthier. 5 ou 6 versions auraient suivi la première, selon ce qu’en savent les historiens. Au fil des versions, l’enracinement géographique dans Charlevoix se fait moins présent, les références aux lieux aussi. C’est cependant l’étiolement de la ferveur politique qui soulève davantage les passions et les questionnements, tant chez M. Gauthier de la Société d’histoire de Charlevoix que chez le co-éditeur Pierre-Luc Bégin, représentant des Éditions Le Québécois. ‘L’envolée vers la liberté est de plus en plus occultée au fil des nouvelles versions, c’est étonnant, mais le manuscrit original n’en est que plus riche et plus intéressant, selon nous. Il mérite d’être lu dans les écoles et aussi par les particuliers et c’est pourquoi nous avons collaboré avec la SHC dans la réédition de Menaud, première mouture’, explique M.Bégin.
Le lancement a eu lieu en plein coeur du pays de Menaud, à l’Auberge le Relais des Hautes-Gorges. Le tirage de la réédition s’élève à 1500 copies.

Le livre est illustré d’une célèbre toile de Claude LeSauteur, représentant un draveur en action. le livre est disponible dans les librairies de Charlevoix, à la SHC et chez les bons libraires du Québec. ‘Ce premier roman est un roman engagé,écrit par un jeune curé qui vivait en région rurale et qui était un plaidoyer pour la sauvegarde du Québec français. C’est un roman qui se distingue par son engagement profond envers le Québec au Québécois’, de conclure Serge Gauthier, fier d’avoir pu inscrire cette première réédition depuis 1937 à l’agenda des 25 ans de la Société d’Histoire de Charlevoix.

Partager cet article