Gel de constructions sur la route 138

Par 12:00 AM - 14 mars 2009
Temps de lecture :

La MRC de Charlevoix craint le développement en bordure des routes 138 et 362. Elle a donc voté une résolution de contrôle intérimaire décrétant un gel sur les morcellements de lots et les constructions à l’extérieur des périmètres urbains.

Vous aviez des projets de construction résidentielle ou commerciale en bordure de la route 138 ou encore l’idée de morceler un lot pour en vendre une partie? Oubliez vos projets, ce ne sera pas possible, tant et aussi longtemps que le schéma d’aménagement de la municipalité ne sera pas adopté.

La résolution de contrôle intérimaire couvre une distance de plus de 72 kilomètres et touche cinq municipalités dont Petite-Rivière et Baie-Saint-Paul. Elle est valide pour trois mois, mais renouvelable sans problème.
Les municipalités de Petite-Rivière (24 %) et Baie-Saint-Paul (31 %) sont les plus touchées.

«Ça amène à nous réfléchir sur les pressions de développement de part et d’autres, ce n’est pas mauvais, surtout qu’il nous faut éviter d’ajouter des sorties sur le corridor de la route 138», disait le maire de Petite-Rivière, Jean-Guy Bouchard.

Celui des Éboulements, Bertrand Bouchard, dont la municipalité est concernée sur 17.3 kilomètres sur la route 362, a proposé la résolution. «Je ne veux pas que la route 138 ou la 362 devienne le boulevard Sainte-Anne. Je considère que c’est une route qui mène à Québec et non pas pour s’arrêter à des commerces ou à des feux de signalisation », disait-il.

Partager cet article