Yann Brassard : La vie après La Voix

Yann Brassard : La vie après La Voix

Yann Brassard mise tout sur la musique!

On l’a vu éclore sur la scène de La Voix où les juges l’ont qualifié de « Michael Jackson du Québec ». 6 mois après la finale de l’émission, Yann Brassard a repris ses esprits et n’a plus qu’un objectif: faire de la musique. Sans plan B!

L’aventure de la Voix l’a révélé au public, mais Yann Brassard aime bien rappeler qu’il fait de la musique « sérieusement » depuis environ 7 ans et, surtout, qu’il n’a pas l’intention de s’arrêter de sitôt!Humblement, il admet que jamais il n’aurait cru se rendre jusqu’à la finale de l’émission qui atteint chaque semaine un public dépassant le 2,5 millions de spectateurs.

«J’avais déjà fait les auditions avant et j’y tenais beaucoup, mais là, c’était différent. J’étais détaché, « relax » et ça a donné des résultats surprenants.» D’abord sélectionné et éliminé après un premier tour de chant par Lara Fabian, Yann a été repêché in extremis par Alex Nevsky, un « coach » qui a su l’amener ailleurs. «Je me suis découvert, j’ai appris à me connaître. Je pense que tout le monde a vu une évolution! Il y a le Yann d’avant La Voix et celui d’après.»

Qui sont donc ces deux Yann? « Au début, j’étais coincé. Quand je regarde ma première prestation, je vois bien que je n’ai pas tout donné et franchement, j’étais déçu de moi. Mais quand j’ai été repêché, à ce moment-là précisément, j’ai senti l’urgence de montrer ce que je valais. Je n’avais plus rien à perdre et j’avais besoin de me lâcher lousse, de tout donner! »
Son interprétation dansante de la chanson Alors on danse, de Stromae, l’a catapulté parmi les favoris de l’émission.

L’ombre de Michael Jackson
Très tôt, les juges l’ont comparé au roi de la pop, Michael Jackson, une étiquette qui l’a d’abord inquiété. «J’ai eu peur, mais finalement, c’est positif! Je l’apprécie! Si on me compare à un monument, ça doit être positif. Mieux vaut ressembler à quelqu’un comme lui qu’à personne », rigole le jeune homme plutôt timide. S’il ne renie pas ses élans pop, il souhaite développer sa propre identité musicale, au carrefour de ses influences où se retrouvent The Weeknd et Charlie Puth tout comme des rappeurs underground… Parmi les artistes qui sont aussi passés devant les juges aux chaises pivotantes dont les parcours l’inspirent, il cite Charlotte Cardin. « Elle fait la musique qu’elle veut faire! »

Montagnes russes
L’expérience de La Voix ne se compare à rien d’autre, selon Yann Brassard. « Ce sont les plus grosses émotions que j’ai vécues dans ma vie et ils font tout pour ça! Tout le monde est dans l’émotion : les familles, tous les artistes, les juges, le public… Il y a des moments très heureux et des moments très tristes! Quand des candidats sont éliminés, c’est ciao bye, mais tu as tissé des liens avec ceux qui font les étapes alors c’est vraiment difficile de les voir pleurer et quitter! Les éliminations, j’ai trouvé ça intense…la mienne, celle des autres!»
Les derniers miles ont été particulièrement éprouvants. « Les quelques jours avant la finale, c’était, on très dur mentalement. Pendant La Voix, tu as tout le temps une toune à apprendre, mais tu la connais pas, tu te l’appropries, tu l’enregistres. A la finale, il faut apprendre la toune, monter une chorégraphie… C’est tout un moment. On a tous pété un câble, mais chacun notre tour! On peut dire que ça soude les liens… », rigole-t-il aujourd’hui.

Yann Brassard l’admet, les lendemains de l’aventure télévisuelle ont été difficiles. « Après La Voix, t’es étourdi. Les projecteurs s’éteignent et le retour à la réalité te frappe en plein visage. Moi, je suis retourné travailler à la pharmacie… et après avoir eu autant de fun, j’étais malheureux! Je me demandais « qu’est ce que je fais là? » Mais au final, ça a permis de faire un passage important, une transition. J’ai su que c’est de la musique que je veux faire et rien d’autre», explique-t-il.

Il peine à résumer les bienfaits que lui ont apporté La Voix, mais la confiance en lui arrive en tête de liste. «On rit souvent des commentaires dithyrambiques des juges, mais se faire encenser, ça fait du bien, ça te pousse à oser, à te dépasser! Si untel me dit ça, je pense que ça veut dire que je suis capable. Plus t’es « all in », plus tu en retires des bénéfices », croit le jeune homme qui, visiblement, en a fait le plein!

Pas de de plan B
Yann Brassard mise tout sur la musique et son amoureuse le seconde. «On se comprend, on est des créateurs chacun a notre façon…Elle est entrepreneure, c’est un peu la même chose. On fait ce qu’on aime et on n’a pas de plan B, mais on a de l’aide. Nos familles voient notre potentiel, nos efforts », salue-t-il, visiblement reconnaissant.
Et il vise rien de moins que le monde! « Je l’ai toujours dit, je vise une carrière internationale. Je vois du français de l’anglais, un peu comme Céline. Elle est intègre, c’est ce qui est beau d’elle. Elle fait un album en anglais, un en français, je trouve ça génial… Et j’aime ça faire des spectacles! J’aimerais en faire une centaine par année, voyager avec ma musique, vivre la totale! », conclut-il avec ce sourire qui a d’abord fait craquer son amoureuse Marianne Samson il y 7 ans, puis les juges et quelques millions de Québécois au printemps!