Vise Charlevoix : Un pour tous et tous pour… Charlevoix

Vise Charlevoix : Un pour tous et tous pour… Charlevoix

Patrick Reduron, chargé de projet à l’immigration pour les Services de main-d’œuvre l’Appui, Caroline Simard, députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Raphaël Dubois, président par intérim de la Chambre de commerce, Claudette Simard, préfet de la MRC de Charlevoix, Sylvain Tremblay, préfet de la MRC de Charlevoix-Est et Pascal Harvey, directeur général de la SADC de Charlevoix-Côte-de-Beaupré-Île-d’Oléans.

Devant le criant besoin de main-d’œuvre dans la région, les acteurs économiques de Charlevoix se sont réunis pour se doter d’une stratégie commune afin de faire la promotion de la région à l’extérieur.

Par Gilles Fiset

Pour convaincre les gens de partout à venir s’installer et travailler dans la région, les principaux acteurs économiques de la région que sont les MRC, la SADC, la Chambre de commerce, les Services de main-d’œuvre l’Appui ainsi que Tourisme Charlevoix, se sont concerté pour se doter d’une stratégie d’ensemble et d’outils communs pour mieux réussir à vendre la région auprès de potentiels travailleurs. « C’est vraiment pour aller recruter des gens pour devenir des travailleurs, s’installer avec leur famille ou encore devenir entrepreneur et démarrer leur propre entreprise dans Charlevoix », énonce Johanne Côté, directrice générale de la Chambre de commerce. « Tous les organismes ou entreprises faisaient ça individuellement, mais pas collectivement », précise Pascal Harvey, directeur général de la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) de Charlevoix-Côte-de-Beaupré-Île-d’Oléans.

Même s’il a été présenté aux médias au dernier Salon Carrefour Affaire du 23 novembre au Fairmont Le Manoir Richelieu, cela faisait plus d’un an que les démarches étaient en cours pour mettre sur pied Vise Charlevoix.

Pénurie de main-d’œuvre

C’est la difficulté des entreprises et organismes de la région à trouver des travailleurs qui a fait naître Vise Charlevoix. « On a une grosse pénurie de main-d’œuvre dans la région à l’heure actuelle et dans tous les secteurs, affirme la directrice générale de la Chambre de commerce de Charlevoix. Dans l’hôtellerie ou la restauration par exemple, on a entendu l’ensemble des joueurs de ces secteurs crier leur détresse l’été dernier parce qu’ils manquaient de personnel. Mais cette pénurie se retrouve dans tous les secteurs ».

Cette carence en personnel serait en grande partie due à un problème démographique. « On est une société qui est de plus en plus vieillissante, énonce Johanne Côté. Beaucoup de gens partent à la retraite et beaucoup de jeunes quittent la région pour aller étudier et ne reviennent jamais. Selon les données du dernier recensement canadien, la région a perdu près de 1 000 habitants. C’est notoire pour une région qui en compte moins de 30 000 ».

Force de frappe

En plus de réunir les principaux intervenants dans le domaine de l’emploi, Vise Charlevoix se dotera d’outils communs pour mieux se faire valoir hors des frontières régionales et donner une force de frappe à toute la région : un portail web, des dépliants ainsi que des stratégies d’action dans les salons de l’emploi ou dans les écoles ou les entreprises, une présence sur les réseaux sociaux.

Présentement en phase de déploiement, le regroupement engagera un gestionnaire de communauté pour faire vivre la démarche grâce à une subvention de 25 000 $ du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation.

Un rendement mesuré

Rien ne sera laissé au hasard et les développements de Vise Charlevoix seront mesurés. « Il va y avoir des indicateurs de rendement qui vont nous dire, après un an par exemple, combien de personnes sont venues s’établir dans la région grâce à Vise Charlevoix. On va même avoir des objectifs concrets en termes de rétention » explique Pascal Harvey en ajoutant que « tout cela va se préciser et se construire au fur et à mesure que l’on va progresser ».