Au tour de Michel Rivard

Au tour de Michel Rivard

Crédit photo : Emelie Bernier

C’était au tour de Michel Rivard de se laisser parler d’amour dimanche, à l’occasion du lancement de la programmation estivale du Havre musical de l’Islet. Patricia Deslauriers et Guy St-Onge avaient orchestré un fin hommage à l’ex-Beau Dommage, le «Paul McCartney  du Québec », comme n’a pas hésité à le qualifier le chef St-Onge.

Sylvie Paquette, Caroline Desbiens, Marie Bernard, le clan St-Onge, le duo d’acrobates Dominic Lacasse/ Karen Goudreault, Madame Moustache (Geneviève Néron et Julie Ross), la Concord Chorale du New Hampshire, le batteur Mario Simon et Geneviève Jodoin ont tenu à rendre hommage à l’artiste qui a accueilli avec émotion et un évident plaisir ces manifestations d’amitiés.

Mme Moustache

Il est ensuite monter sur scène pour offrir un florilège de chansons choisies au sein de son vaste répertoire, dont certaines chansons de son dernier disque, Roi de rien.

À l’instar de Daniel Lavoie qui avait eu cet honneur l’an dernier, Michel Rivard a vu son œuvre immortalisée à travers une sculpture de Martin Brisson exhibant le titre de la chanson-phare de l’auteur,  Je voudrais voir la mer. Celle-ci a été à son tour semée sur ce qui deviendra un sentier de sculptures sur les grands auteurs compositeurs francophones le long de la berge du fleuve. « L’idée du sentier est de rendre hommage aux grands auteurs compositeurs de la francophonie, pas nécessairement en lien avec le fleuve et la mer, mais c’est rare que les grands auteurs n’en ont pas parlé, alors ce sera facile de trouver un lien », explique Patricia Deslauriers.

Durant plus d’une heure, Michel Rivard a entendu ses mots portés par ses amis avant de recevoir une pièce commémorative des mains du sculpteur Martin Brisson.

« Michel était très ému, très touché qu’on soit allé chercher des choses moins évidentes comme ses poèmes haïku.  Il était content des choix de chansons, très content de voir Marie Bernard », explique Patricia Deslauriers. La conjointe de M. Rivard,  Eve Déziel, a été complice dans le choix des artistes et des chansons. « Il était très très heureux. Il ne s’attendait pas à ça. Il a confié que c’est la première fois où il joue dans un endroit extérieur où il se sent dans une salle. Il n’a jamais eu une telle écoute comme ça dehors!  Il a capoté sur le public charlevoisien! », de conclure Patricia Deslauriers.

Dimanche prochain, dès 19h30, Brigitte Boisjoly montera sur la scène du kiosque à musique avec les chansons de Patsy Cline à offrir au soleil couchant… et à ce fameux public charlevoisien.

 

Duo du Drapeau Humain  Duo Dominic Lacasse  Karen Goudreault