Sandalwood contre les sorties publiques

Sandalwood contre les sorties publiques

Le nouvel accès extérieur de la SAQ à La Malbaie

Au cours des deux dernières semaines, des commerçants du Centre Charlevoix ont soulevé des craintes qu’à l’avenir de leurs entreprises en raison de la baisse de l’achalandage notée en ce début d’année. Ces sorties publiques ont enflammé les réseaux sociaux comme jamais, les commentaires en provenance de la population étant plutôt cinglants envers le propriétaire des lieux.

Sans le mentionner ouvertement, pour atténuer leurs craintes, les propriétaires des boutiques auraient sans doute apprécié recevoir la visite des membres de l’organisation afin d’analyser la situation et d’apporter certains ajustements pour ramener la clientèle dans le mail. Le phénomène de délaissement des centres commerciaux, faut-il le rappeler, se traduit à l’échelle nationale, l’achat en ligne n’étant pas étranger à cet état de fait.

La compagnie a plutôt décidé de faire une mise au point en publiant un communiqué de presse. Il est écrit : « Gestion Sandalwood déplore la sortie médiatique de quelques commerçants et intervenants qui, en faisant part de leurs inquiétudes face aux derniers changements survenus au centre commercial Le Centre Charlevoix, ont mis en doute le travail de ses gestionnaires.

Gestion Sandalwood est d’avis que ce genre de sorties publiques ne favorise pas la venue de nouveaux commerces et ne stimule pas l’achat local des consommateurs de la région.

L’entreprise comprend l’insécurité de ses commerçants et tient à rappeler à tous qu’elle détient une grande expertise en gestion immobilière et que le bon fonctionnement ainsi que la rentabilité de ses centres commerciaux sont ses principales préoccupations. »

Dossier de la SAQ

La direction tient à faire une précision quant au déménagement récent de la SAQ. « La SAQ a publié un appel d’offres dans le but de repositionner sa succursale de La Malbaie et nous y avons répondu. Il était de notre devoir et dans l’intérêt de nos marchands de faire en sorte de conserver la succursale au Centre Charlevoix. Le repositionnement de la succursale dans un local plus petit avec entrée et sortie en façade faisait partie des conditions édictées par la SAQ », souligne Francis Cyr-Ferron, directeur régional, gestion d’actifs, dans ce même communiqué.

Il ajoute que des efforts considérables et des investissements majeurs ont été faits pour faire en sorte que la succursale occupe une place significative au Centre Charlevoix pour les nombreuses années à venir. De plus, Gestion Sandalwood a profité du chantier des nouveaux locaux de la SAQ pour investir dans la rénovation de la façade du centre.

« La clientèle régulière qui fréquente la SAQ a toujours un accès des plus faciles et demeure toujours fidèle au commerçants du Centre Charlevoix. Pour ce qui est des nouveaux critères exigés par la SAQ et l’offre en succursale, seule la société d’État est en mesure de fournir les réponses aux questions qui ont été soulevées », précise M. Cyr-‐Ferron.

La comagnie conclut : « Gestion Sandalwood tient à souligner l’effort constant de plusieurs de ses commerçants qui, depuis les dix dernières années, se sont adaptés au marché, spécialisant leur offre aux besoins particuliers de la clientèle locale en leur offrant un service personnalisé. La qualité du service des commerçants du Centre Charlevoix doit être mise de l’avant et un message de sensibilisation quant à l’achat local doit être tenu par les intervenants du milieu commercial. L’entreprise tient aussi à mentionner qu’en plus de tous ses efforts actuels, elle multipliera les appels et les rencontres avec d’éventuels locataires potentiels afin de remplir les espaces vacants de son investissement de La Malbaie. »

La compagnie, qui exploite une trentaine de centres au Québec, se dit ouverte aux critiques constructives et aimerait poursuivre ses activités en misant sur le travail d’équipe et en comptant sur l’appui solide de ses commerçants.

Sandalwood est aussi active aux États-Unis. Comme elle l’a fait pour la radio CIHO, la compagnie n’a pas répondu à notre appel.