Saint-Siméon : Le Marché Boni-Choix déménage

Saint-Siméon : Le Marché Boni-Choix déménage

Vers le 20 octobre, la nouvelle épicerie Marché Tradition ouvrira ses portes à Saint-Siméon. Celle-ci remplacera le Marché Richelieu, tandis que le Marché Boni-Choix fermera ses portes. Le propriétaire, Janick Harvey, est optimiste que l’achalandage de sa nouvelle épicerie augmentera suite aux importants travaux en cours.

« Il va y avoir plus de places de stationnement, des portes automatiques et une plus grosse bannière. L’épicerie va être mieux située et elle va être plus à la mode. Ainsi, on ne peut pas faire autrement que d’aller chercher de la clientèle », affirme le propriétaire Janick Harvey.
Celui-ci est d’avis que sa nouvelle épicerie sera d’ailleurs plus fonctionnelle et aura plus d’espace intérieur. M. Harvey estime que son nouveau commerce sera 40 % plus grand que l’ancien. Ainsi, plus de produits seront offerts aux clients, tels que des mets préparés, du poulet frit et de la pizza cuite au four, entre autres.
M. Harvey souligne également que la nouvelle épicerie sera mieux située par rapport au trafic. Celle-ci sera située sur le bon côté de la route pour les automobilistes venant de Québec et de Montréal. Il y aura aussi plus de places de stationnement, puisque M. Harvey a acheté la maison située à côté de la nouvelle épicerie. Il croit ainsi pouvoir doubler le nombre de places de stationnement. De plus, son nouveau commerce portera la bannière « Tradition », plutôt que « Boni-Choix ». Le propriétaire précise que c’était la plus grosse bannière qu’il pouvait obtenir par rapport à la population et à la grandeur du magasin. La nouvelle épicerie se situera dans la bâtisse de l’ancien Marché Richelieu au 481 rue Saint-Laurent. Des travaux sont présentement en cours. M. Harvey prévoit ouvrir le
Marché Tradition vers le 20 octobre. Il souligne qu’il gardera les mêmes employés que ceux du Marché Boni-Choix et qu’il prévoit en engager d’autres.
Janick Harvey est propriétaire du Marché Boni-Choix depuis 30 ans.
Il y a quatre ans, il avait acheté son compétiteur, le Marché Richelieu. Déjà à l’époque, il prévoyait déménager le Marché Boni-Choix. « J’attendais d’être prêt financièrement et de terminer mon contrat avec Boni-Choix », termine-t-il.