Réfection du Boulevard Leclerc : la Ville attend une réponse du ministère

Réfection du Boulevard Leclerc : la Ville attend une réponse du ministère

Lors du conseil municipal du 12 mars dernier, les élus ont signifié par résolution à Transport Québec leur volonté d’aller de l’avant avec le projet de réfection du boulevard Leclerc. Une réponse du ministère est espérée avant le début de l’été.

Par Gilles Fiset

Depuis plusieurs années déjà, la ville de Baie-Saint-Paul a comme projet de rénover les infrastructures du boulevard Leclerc (la route provinciale 362). « Les infrastructures pour l’eau et les égouts sont désuètes dans ce coin-là et il faut les refaire » reconnait le maire de Baie-Saint-Paul, Jean Fortin, qui veut profiter des travaux pour revamper l’allure générale de la rue grâce à l’ajout d’arbres et de trottoirs par exemple et peut être même y adjoindre une piste cyclable.

La portion du boulevard visée par les travaux irait de l’intersection des trois rues Sainte-Anne, Ambroise-Fafard et Saint-Jean-Baptiste devant l’église jusqu’à la rue Saint-Pamphile et sont évalués par la ville de Baie-Saint-Paul à près de 4 millions.

Un plan particulier d’urbanisme (PPU) est en voie d’être complété et un professionnel de Construction Habitat a déjà été engagé pour prévoir l’aménagement.

Le ministère des Transports avait demandé dernièrement une résolution des Élus de Baie-Saint-Paul pour clarifier la volonté de la Ville dans ce projet. « Ils veulent savoir si on embarque et à quel niveau pour eux même prendre une décision », dit M. Fortin.

Mais il n’y a pas que Transport Québec qui veut des garantis pour aller de l’avant dans le projet. « On attend des engagements précis du ministère », énonce le maire Fortin qui espère avoir une réponse le plus tôt possible, avant l’été si possible. Cela même s’il est conscient que les travaux ne pourront pas s’enclencher cependant avant 2019, possiblement pas avant l’automne 2019. « Il faut réfléchir sur les calendriers des travaux. C’est un secteur important au niveau de la circulation touristique et il y a plusieurs commerces, donc il faut une planification optimum », explique Jean Fortin.