Plus que quelques jours pour se joindre au mouvement

Plus que quelques jours pour se joindre au mouvement

La pétition lancée par Roger Bélanger afin de faire abolir les frais de stationnement dans les hôpitaux du Québec se terminera le 8 mai prochain. Bien qu’il ait obtenu plus de 11 000 signatures, l’employé de l’Hôpital de Baie-Saint-Paul est déçu du résultat, et il aurait espéré un plus grand support de son syndicat.
Depuis son lancement en mars, Roger Bélanger n’a pas lésiné sur les moyens afin de faire connaître sa pétition. Appels aux grands réseaux de télévision, aux journaux, aux radios, aucun média n’a été ignoré. Néanmoins, seulement quelques unes lui ont accordé de l’espace pour mousser sa démarche.
M. Bélanger croit néanmoins toujours à la nécessité de l’abolition des frais de stationnements dans l’ensemble des hôpitaux du Québec. « Les visiteurs [des établissements de santé] vivent des situations souvent difficiles. Ils sont dans un état de vulnérabilité », rappelle-t-il. De plus, plusieurs sont des personnes âgées qui vivent avec des revenus modestes.
La pétition vise aussi les frais de stationnements payés par les employés. Déjà, ceux-ci travaillent de longues heures pour un salaire modeste. En comparaison, les salariés et les visiteurs d’autres organisations étatiques telles que les écoles, la Société des alcools du Québec, la police, etc., n’ont pas à débourser de tels frais.
Un manque d’appui de la CSN dénoncé
Lors du lancement de sa démarche, M. Bélanger avait sollicité l’aide de son syndicat, la CSN, avait de ramasser le plus de signatures possibles auprès de ses quelque 325 000 membres. Il avait suggéré à son exécutif de s’associer avec les autres syndicats œuvrant dans le domaine de la santé afin de diffuser l’information dans les médias. « La CSN a seulement annoncé ma pétition sur son blogue, que personne ne lit », affirme-t-il. D’ailleurs, après vérifications, il déclare que ses collègues de l’extérieur de Charlevoix n’ont pas été informés de son initiative. Aucun communiqué de presse n’a été publié et aucune autre mesure d’appui n’a été mise en place.
« Je me sens méprisé par mon syndicat. Lorsqu’il a besoin de nous pour manifester, nous les appuyons. Or, lorsque c’est nous qui avons besoin d’eux, ils ne font rien », avance-t-il. De plus, il est très surpris du ton peu coopératif employé par certains membres de l’exécutif régional à son égard alors qu’il tentait d’obtenir un suivi. Dans d’autres cas, ses appels n’ont même pas été retournés. Ultimement, un conseiller syndical l’a rejoint le 27 avril dernier pour arranger les choses, mais, pour Roger Bélanger, c’était trop peu, trop tard.
Le Charlevoisien a tenté d’obtenir la version des faits de la CSN dans ce dossier. Néanmoins, au moment de mettre sous presse, le syndicat n’avait pas retourné nos appels.
La pétition afin d’abolir les frais de stationnements sera disponible jusqu’au 8 mai sur le site web de l’Assemblée nationale. De plus, il est possible de la signer dans certains commerces de l’ouest du comté.