Une piste de fatbike pour traverser la MRC de Charlevoix

Une piste de fatbike pour traverser la MRC de Charlevoix

Crédit photo : Pierre Bouchard.

Le Club cycliste de Charlevoix veut rendre accessible aux amateurs de fatbike une partie de la voie ferrée du Train de Charlevoix inutilisée en hiver. Les résultats d’une étude décideront de l’avenir du projet.

Par Gilles Fiset

Le projet initial prévoit l’ouverture d’une piste de 24 km entre Baie-Saint-Paul et Cap-aux-Oies, soit une distance de près de 24 km. Mais des pistes de 18,5 km et 13 km en partant toujours de Baie-Saint-Paul sont aussi envisagées. Les cyclistes pourraient ainsi longer une partie de la MRC de Charlevoix en profitant d’une vue imprenable sur le fleuve. « On va se servir de la voie ferrée du Train de Charlevoix qui devrait être inutilisé dans ce secteur pendant encore quatre hivers incluant celui que nous traversons », explique Pierre Bouchard, responsable des communications pour le Club cycliste de Charlevoix. « Si ça fonctionne, ça va être unique au Québec et la piste va être une opportunité d’attirer les touristes dans la région », ajoute-t-il. D’autant plus que la mode est au vélo d’hiver, selon lui. « Toutes les régions investissent dans le fatbike actuellement, c’est un créneau touristique très populaire ». La piste devrait ouvrir l’hiver prochain si tout va pour le mieux et son utilisation serait gratuite.

Approchés par le Club cycliste, les gestionnaires du Train de Charlevoix se sont montrés ouverts au projet. Pour des raisons de sécurité cependant, ils ont demandé au Club de faire faire une étude pour savoir si des mesures de sécurité doivent être prises et à quels coûts. Les résultats de cette étude diront si une portion de la voie ferrée sera transformée en piste de fatbike à l’hiver 2019 et l’étendue qu’elle aura.

La MRC de Charlevoix a elle aussi été approchée par le Club cycliste. « Le conseil des maires trouve que c’est un projet intéressant qui va vraiment diversifier l’offre touristique hivernale sur son territoire », révèle Annabelle Tremblay, conseillère en développement économique pour la MRC de Charlevoix. « C’est la MRC qui va être porteur du projet et qui va faire demander l’étude et pour ça, on va demander une subvention à l’EPRT (Entente de partenariat en tourisme) », ajoute Mme Tremblay.