Le métier de serveuse : un emploi passionnant, mais exigeant

Le métier de serveuse : un emploi passionnant, mais exigeant

Reine Bergeron, 59 ans, est serveuse à la Pizzeria du Boulevard à Clermont depuis une dizaine d’années. Bien qu’elle adore son métier, elle admet que les conditions de travail sont exigeantes, tant au niveau physique que moral.

Cela fait maintenant 42 ans que Reine Bergeron fait ce métier-là. Aujourd’hui, rendue à l’aube de la soixantaine, elle avoue que le métier est dur physiquement : « En vieillissant, ça devient de plus en plus difficile, parce que les bobos commencent à sortir. »
En effet, Mme Bergeron travaille 40 heures par semaine. Son horaire inclut les soirs et les fins de semaine, mais elle affirme que cela ne la dérange pas : « Je fais ce métier depuis que j’ai 17 ans, donc je suis habituée. Si je travaillais dans un autre restaurant, ce serait la même chose. »
Toutefois, elle ne se voit pas pour autant faire un autre emploi. Ce qu’elle aime par-dessus en étant serveuse, c’est le contact avec la clientèle. Pour faire ce métier, Mme Bergeron croit qu’il faut d’abord et avant tout aimer travailler avec le public. Un autre aspect de son métier qu’elle aime, c’est que ça lui permet de garder la forme. « Ça fait bouger ! », lance-t-elle. Ensuite, elle croit qu’il faut être capable de travailler sous pression, car le métier peut être stressant : « Quand le restaurant est plein, il faut être fonctionnel et respecter les délais qui sont attendus. » En ce qui concerne la pénurie de main-d’œuvre dans les établissements touristiques, elle est consciente des répercussions de la problématique : « Ici, la majorité des employés sont proche de leur retraite. Ils ont dans la cinquantaine, et même la soixantaine. C’est difficile de trouver de la relève », termine-t-elle.