Même avisés, les automobilistes enfreignent les lois…

Même avisés, les automobilistes enfreignent les lois…

(Photo: Archives)

Malgré les nombreuses mesures de sensibilisation annoncées précédents le long congé de la Fête du travail, autant par le biais des médias sociaux que des médias traditionnels, les policiers de la Sûreté du Québec ont signifié plus de 5 450 constats pour des infractions au Code de la sécurité routière.

Parmi les infractions les plus fréquentes, le dépassement des limites de vitesse, le non-port de la ceinture de sécurité et l’utilisation du cellulaire au volant demeurent les principales causes de non respect de la loi.

De plus, les agents ont procédé à l’arrestation de 90 personnes pour capacité de conduite affaiblie par l’alcool, les drogues ou la combinaison des deux. Une collision mortelle est survenue sur le territoire de la Sûreté du Québec.

Les policiers du poste de la MRC des Appalaches ont même intercepté six conducteurs qui ont commis de grand excès de vitesse (GEV) durant cette période. À titre d’exemple, un conducteur roulant à 95 km/h dans une zone de 50 km/h paie une amende de 542 $ et perd 6 points d’inaptitude tandis que rouler à 145 km/h dans une zone de 90 km/h coûte 732 $ et entraîne la perte de 10 points d’inaptitude.

Chaque année au Québec, la vitesse sur la route tue environ 175 personnes et en blesse près de 9 000, selon les données divulguées par la Société de l’assurance automobile du Québec. C’est dans le but d’améliorer le bilan routier et la sécurité sur les routes que des sanctions plus sévères ont été mises en place afin de freiner les GEV. D’ailleurs depuis avril 2008, si un conducteur est déclaré coupable d’un GEV, cette infraction est prise en considération pendant 10 ans.