Manque d’argent pour des cours de francisation

Manque d’argent pour des cours de francisation

Parce qu’il n’y a pas assez d’immigrants pour combler les quinze places nécessaires pour obtenir le financement, les cours de francisation visant à faciliter l’intégration des immigrants dans Charlevoix n’ont pu être offerts cet hiver.

Pour Patrick Reduron, chargé de projet en immigration au Service de main-d’œuvre l’Appui, la situation devient critique lorsqu’on considère que Charlevoix manque de main-d’œuvre : « On a besoin d’accueillir des immigrants, mais on n’a pas suffisamment d’inscriptions pour leur faire apprendre le français, alors le financement ne suit pas à la Commission scolaire de Charlevoix (CSDC). Auparavant, avec la Conférence régionale des élus, nous recevions un montant de 15 000 $ pour tenir ce cours, montant qui a cessé de nous parvenir depuis avril 2016. »

En 2015 et 2016, ce montant d’argent servait à réaliser trois sessions de six heures par semaine pendant cinq mois, des formations qui regroupaient des latinos, des cubains et des anglophones. La MRC a déjà aussi participé au financement de ce programme.

Appelée à se prononcer sur ce sujet, Martine Vallée, directrice générale de la CSDC, explique que la tenue des formations dépend effectivement du nombre d’inscriptions : « La participation est très variable, ce qui a une incidence directe sur les groupes. Nous avons offert dans notre Centre d’éducation des adultes des formations dans nos groupes réguliers, mais avec du matériel adapté à leur réalité ». Mme Vallée avoue qu’avec la faible immigration qui est la réalité des régions, il est difficile de maintenir les services. Les critères sont les mêmes que dans les grands centres où l’on retrouve davantage d’immigrants. Il faudrait donc une volonté politique pour trouver une solution à ce problème.

Du côté de la MRC, France Lavoie signale que leurs actions cadrent dans l’enveloppe du Projet de l’entente de développement culturel. L’objetctif est de tenir des activités de conversation française dans le genre contes et légendes dans lesquelles les immigrants racontent les histoires de leur pays d’origine. « L’objectif est de faire pratiquer et valoriser le français. » Ainsi, 4000 $ sont investis, dont 2000 $ en provenance du ministère de la Culture et 1000 $ par chacune des MRC de Charlevoix.