L’eldorado de Jean-Michel

L’eldorado de Jean-Michel

Travailler chez Mikes, c’est un peu le klondike pour Jean-Michel Ferland qui y a trouvé un emploi qui le passionne, des collègues agréables, une ambiance de travail qui lui plaît! « J’aime beaucoup mon travail. Ce que je préfère, c’est le « cupage » (ndlr : calcul des portions d’ingrédients), mais je fais plein de choses. J’ai essayé la friture, j’assemble des brochettes… La vaisselle, j’aime moins ça », explique Jean-Michel avec un sourire.

Ce sont les membres du comité Transition Ecole Vie Active (TEVA) qui ont aidé Jean-Michel à trouver cet emploi. « Avec les membres du comité TEVA, on avait des rencontres régulièrement. On voyait évoluer Jean-Michel. Il avait du potentiel et on voulait s’assurer de la continuité de sa progression dans un travail qu’il aimait. On a pris contact avec Mikes», explique l’intervenante de Jean-Michel, Josette McNicoll.

Si le jeune homme a trouvé son eldorado, il est aussi une pépite d’or pour son employeur Marc-Olivier Savard qui ne tarit pas d’éloges à son endroit.
«Il apporte une joie de vivre dans l’équipe! Il y a des journées où on ne file pas et lui, il est toujours de bonne humeur. Il va beaucoup vers les autres, il se soucie de ses coéquipiers. C’est un rayon de soleil! », confie le patron qui se trouve chanceux de le compter dans son équipe. «J’apprends beaucoup de lui. Il est conscient de comment il est, il s’accepte et c’est beau à voir. C’est un travailleur très minutieux! Il est à son affaire. Il essaie de se sauver de sa vaisselle de temps en temps, comme tout le monde! Mais on l’encourage! On lui donne des défis», rigole Marc-Olivier Savard qui considère Jean-Michel comme un membre à part entière de l’équipe. « Je me fis vraiment à lui. Il me dit qu’il va rester jusqu’à sa retraite!»
Mandy St-Gelais est contente de voir son fils s’épanouir. «Ce travail, ça lui apporte une autonomie. Et il comprend que le matin, on se lève, on va travailler. Avant, il s’ennuyait de ses amis de l’école, mais maintenant, il a un réseau. Ça lui a fait du bien au niveau social, de développer des affinités, des amitiés », explique-t-elle.

« Au début, les employés se posaient des questions sur moi, mais je comprends! Moi aussi je m’en poserais si je me rencontrais pour la première fois », lance avec philosophie Jean-Michel.

Mario Ferland ne peut que constater les changements positifs que cet emploi a apportés à son fils. «Tous les dimanches, je l’amène déjeuner chez Mikes, avec la famille élargie! Des fois, on est jusqu’à 8 personnes… Avant, il ne voulait pas, mais maintenant, c’est un plaisir pour lui, et pour nous! C’est un beau moment en famille.»

Grâce à la collaboration des Services de main d’œuvre L’Appui, Jean-Michel est rémunéré pour son travail, ce qui le rend très fier. Mais à quoi investit-il ses deniers? Comme beaucoup de jeunes hommes de son âge : dans les jeux vidéos! «J’ai la Xbox One première génération. Mes jeux préférés sont Forza, NHL, les jeux de sports, Minecraft… Je n’aime pas les jeux de guerre. Je ne joue plus à ça, c’est des jeux inutiles… », explique Jean-Michel. Il joue aussi aux quilles avec l’Association Alti et participera aux Jeux olympiques spéciaux l’été prochain. S’il fréquentait la roulotte du RISC, il n’y va plus. « Je suis un peu trop vieux, on faisait du bricolage! J’ai passé cet âge-là… », dit-il, provoquant un sourire chez ses parents et son intervenante. Mais il aime beaucoup fréquenter le camping Leclerc, où la famille possède une roulotte, ou profiter de celle de l’ALTI, au Genévrier. L’été, il est camelot pour le Charlevoisien, ce qui en fait notre collègue!

Reste à voir s’il pourra continuer à livrer le journal… «Chez Mikes, je travaille 4 jours par semaine, de 9h à 3h. Ça me rend heureux et le temps passe vite! »