L’avenir du Club de golf de Baie-Saint-Paul incertain

L’avenir du Club de golf de Baie-Saint-Paul incertain

À moins qu’un changement de situation ne survienne rapidement, il se pourrait que les allées du club de golf Le Loup de Baie-Saint-Paul ne soient pas accessibles lors de l’ouverture des terrains en avril prochain.

Selon les informations obtenues par Le Charlevoisien, le club se retrouverait dans une situation délicate en raison du retrait cet été du gestionnaire du club en poste au cours des cinq dernières années, Donald Duchesne. En plus, un des actionnaires voudraient retirer ses parts du projet, ce qui impliquerait le versement d’une somme de plus de 700 000 $, sans compter la révision du financement de 500 000 $ avancé par la Banque du Canada et les 175 000 $ engagés pour défrayer les coûts reliés au dézonage de la propriété afin de procéder à la vente de condos.

Toujours selon nos informations, l’imbroglio pourrait connaître son dénouement par une vente en justice, mais le premier droit de vente appartient à la Ville de Baie-Saint-Paul. L’autre partenaire d’affaires dans ce projet, en plus de financier et de M Duchesne, est Jonathan Chagnon. Lors de cette transaction, ce dernier, M. Chagnon, était aussi impliqué dans le dossier du Versant du Massif, une compagnie qui n’existe plus aujourd’hui.

La Ville a été approchée afin de reprendre cette propriété de plus de 1,4 million de pieds carrés évaluée à plus de 5 M $ mais les promoteurs ont reçu une fin de non-recevoir. Des rencontres entre les gens du milieu et les propriétaires ont lieu, dont une a été tenue vendredi matin. Selon les commentaires glanés ici et là, la rumeur s’est étendue comme une traînée de poudre à Baie-Saint-Paul au cours des derniers jours.

Pour le maire Jean Fortin, la situation est loin d’être idéale : «  Dans l’acte de vente, les propriétaires ont l’obligation de conserver l’aire de jeu pour la pratique de ce sport. Si une vente se produisait, la Ville a le premier droit de regard. Aussi, il est précisé que l’acquéreur doit maintenir et entretenir la propriété de façon convenable. Nous attendons donc les développements ». M. Fortin rappelle que c’est un des acheteurs, Jonathan Chagnon, qui avait recruté le financier de l’extérieur de Charlevoix dans le but de concrétiser le projet de développement immobilier autour du terrain de golf. Mais les affaires n’ont pas nécessairement tourné comme l’envisageait M. Chagnon.

Maintenant, le financier veut reprendre sa mise, créant ainsi un vent d’incertitude. Le maire est cependant catégorique : « Il n’est pas question qu’on reprenne le terrain de golf et qu’on l’opère. Je sais que des gens d’affaires prennent actuellement des informations et que le président de la Chambre de commerce, Julien Dufour, tout comme l’homme d’affaire Antoine Néron, de l’Hôtel Baie-Saint-Paul, s’informent de la situation ».

« Je suis confiant que les choses se placent », a conclu M. Fortin. Quant à M. Duchesne, il a avoué être rendu à la croisée des chemins et il ne veut pas en dire plus pour faciliter la conclusion de ce dossier.