La Grande Traversée : deux équipes de l’Isle sur le podium

La Grande Traversée : deux équipes de l’Isle sur le podium

Samedi dernier, lors de la 28e édition de la Grande Traversée, la course annuelle de canots à glace de L’Isle-au-Coudres, deux équipes insulaires sont montées sur le podium.

Par Gilles Fiset

Les équipages du G.F.F.M. Leclerc et du Cidrerie Pedneault ont monté chacune sur la troisième marche du podium dans leur catégorie respective. Le G.F.F.M. Leclerc, dont deux de ses cinq membres d’équipage sont des« Marsouins », a brillé en classe compétition en complétant le parcours en 59 min et 8 sec, soit 16 secondes de moins que l’autre équipe de Charlevoix dans la même classe, Amiral/Pharmacie Marie-Pier Labbé Inc., qui termine en quatrième place. « La rame n’est pas notre force et il y avait énormément de vent de face au retour. Ça a été difficile pour l’endurance des gars et de la fille de l’équipe, mais on est super content de notre performance », rapporte Julien Harvey barreur de l’équipe G.F.F.M. Leclerc.

Pour ce qui est du Cidrerie Pednault, c’est dans la classe sport qu’il a remporté sa médaille de bronze en complétant l’épreuve en 1 h 4 min et 20 sec. L’équipage de ce dernier canot est composé de Français qui depuis plus d’une dizaine d’années traversent l’Atlantique pour se mesurer aux glaces du Saint-Laurent. Les gens de L’Isle-aux-Coudres les considèrent d’ailleurs comme des « Marsouins » à part entière.

Rien ne va pour Groupe Desgagnés

Malgré un résultat époustouflant aux épreuves de qualification de la veille, l’équipage officiel de L’Isle-aux-Coudres a joué de malchance tout le long de la course pour finalement terminer en neuvième place de la catégorie élite masculine avec un temps de 57 min et 47 sec.

C’est avec trois équipiers seulement au lieu de cinq que l’équipe du Groupe Desgagnés a réussi l’exploit de se classer en seconde position aux qualifications du vendredi soir. « Un des gars était absent et de mon côté comme j’aidais à l’organisation depuis 4 h du matin, j’ai préféré garder mes forces pour la course du lendemain », révèle Guy Lapointe, barreur et capitaine de l’équipe du Groupe Desgagnés.

Le lendemain, lors de la course, après moins de 100 mètres du départ, un des canotiers casse sa rame. « On a perdu au moins quatre ou cinq minutes à changer de rame, mais on a quand même fait la touche à Saint-Joseph-de-la-Rive en quatrième place », relate M. Lapointe.

Le retour vers l’Isle s’annonçait déjà pénible pour l’équipage du Groupe Desgagnés, dont l’embarcation n’est pas munie de fixations pivotantes empêchant les rames de faire face au vent et de ralentir la cadence, qu’une nouvelle avarie se produit. « L’appuie-pied d’un de mes gars s’est brisé. Il ne peut presque plus ramer dans ces conditions. C’est comme si j’avais perdu un de mes quatre moteurs », raconte Guy Lapointe. Son canot arrive donc en avant-dernière position de la catégorie élite masculine. « C’est dommage, on avait la capacité de monter sur une des marches du podium. L’an prochain, on va essayer de se doter de nouvelles rames, mais ça coûte cher, près de 2 000 $ avec les appuies pivotant, et aussi de bancs coulissants qui aident à mieux performer », énonce le barreur du Groupe Desgagnés.