CTAQ et ambulanciers charmés par la belle New-Yorkaise

CTAQ et ambulanciers charmés par la belle New-Yorkaise

L’ambulance construite par Demers est la sœur jumelle de celles utilisées à New York. Bien entendu, les couleurs changeront, le rouge sera remplacé par le jaune. Photo prise sur le site Hiveminer.com

Présentée la semaine dernière, la nouvelle ambulance de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, copiée sur le modèle new-yorkais, en a séduit plus d’un pour son confort et sa durabilité.

Après avoir essayé le nouveau modèle d’ambulance que les responsables de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec ont mis à la disposition de son personnel, Manuel Deschêne, technicien ambulancier, en était presque retourné. « Ce que les ambulanciers rêvaient pour un véhicule, les constructeurs de ce modèle-là l’ont tous réuni, confort, espace pour travailler debout, un moteur puissant, une ergonomie supérieure, un moteur peu de bruyant. C’est aussi un véhicule vraiment très agréable à construire », a-t-il confié.

Le nouveau véhicule ambulancier est un camion Ford F-450 auquel on a ajouté une boite de grande dimension à l’arrière à de quoi séduire. Il est plus puissant, plus spacieux, plus sécuritaire et il devrait même durer plus longtemps, la principale raison pour laquelle il a été choisi.

La coopérative voulait continuer d’opérer avec des véhicules à motorisation diésel pour une question d’économie financière du côté des dépenses en carburant, mais aussi pour rencontrer les nouvelles normes gouvernementales. « Il faut étirer la durée de vie des véhicules jusqu’à 300 000 km. Avant, on pouvait faire des changements de véhicule après 200 000 km au compteur. Avec un véhicule diésel, on est plus certain de se rendre jusqu’au bout de l’obligation du ministère », explique Stéphane Doyon, mécanicien pour la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.
La nouvelle ambulance se détaille près de 182 000 $ pièce, soit 25 000 $ de plus que l’ancien modèle, mais, « même si elle coûte plus cher, on a fait des calculs et avec l’obligation de se rendre à 300 000 km avec le véhicule, on est plus rentable avec le nouveau modèle et en plus, le confort et la sécurité est bien meilleure », assure M. Doyon.

En plus de posséder un moteur diésel, le nouveau véhicule ambulancier devait posséder une cabine allongée pour permettre aux ambulanciers d’abaisser leur siège lors des longues attentes dans les véhicules aux points de services.
En 2016, lorsque la décision a été prise de chercher un modèle de remplacement pour les véhicules vieillissants, il n’y avait au Québec que des modèles de type Ford F-350 sans boite (habitacle) allongée. Les responsables de la coopérative ont dû se rendre à New York pour trouver un modèle compatible avec leurs besoins. « La seule ville pas trop éloignée qui utilisait des ambulances qui rencontraient tous les critères, c’est New York », affirme M. Doyon qui a dû se rendre plusieurs fois dans la grosse Pomme pour en étudier le modèle.

Les nouvelles ambulances seront cependant construites au Québec par l’entreprise Demers, spécialisée dans la fabrication de véhicule ambulancier.

Le nouveau véhicule ambulancier sera en essai pendant quelque temps encore et il sera stationné surtout à Baie-Saint-Paul pour remplacer un véhicule vieillissant.