Croisières Cabaret change de cap

Croisières Cabaret change de cap

Cette nouvelle a été confirmée par M. Normand afin de mettre fin aux démarches entourant la relance du projet après que des contacts aient été établis auprès des instances politiques et administratives de la MRC de Charlevoix.

« J’ai pris cette décision et je l’ai confirmée à mon associé, le capitaine Conrad Harvey. Je veux un bateau plus petit, plus rapide, qui me permettra de varier l’offre de services. Nous avons fait un beau projet, mais dans les conditions actuelles, il n’est plus question de mettre le Croisière Cabaret à l’eau dans la formule actuelle. J’ai déjà investi beaucoup de temps et d’argent », ajoute-t-il.

Normand confesse avoir vécu bon nombre de complications dans la gestion du projet avec Transport Canada, autant en ce qui concerne la capacité du bateau que du côté des certifications ou formations à obtenir pour lancer l’entreprise.

« Nous avons sollicité des appuis l’an dernier, mais personne n’a embarqué dans le projet. Je vais maintenant mettre un bateau à l’eau qui me permettra des sorties de six heures au lieu de trois heures comme je devais faire, en considérant les marées. Les gens pourront choisir leur destination, aller à Pointe-au-Pic, à Mont-Joli, ou ailleurs s’il le faut, selon les vents. Ils pourront apporter leur lunch ou je leur ferai préparer un menu s’ils le souhaitent. Bref, ce sera beaucoup plus flexible, je pourrai leur faire découvrir le merveilleux fleuve et vivre ma passion de naviguer sur le Saint-Laurent », renchérit cet amoureux du fleuve.

Normand concède qu’il devenait trop onéreux de gérer le Croisière Cabaret, avec cinq employés à bord, dont un capitaine, un ingénieur et deux matelots. « Il aurait fallu au moins 35 personnes par sortie et je pense que nous devons nous ramener à une dimension plus réaliste à court terme. Cependant, je garde la Cabaret Croisière pour un an. Je vais suivre les développements potentiels au quai de Pointe-au-Pic. À cet endroit, j’ai les sept pieds de profondeur pour amarrer. Je prévois rencontrer le maire de La Malbaie, Michel Couturier, pour tâter le pouls de la Ville à ce sujet », a-t-il conclu.

Cri du cœur

Conrad Harvey, capitaine et actionnaire minoritaire, avait effectué une tentative de sauvetage du Croisière Cabaret, la semaine dernière, voyant cet avenir incertain. « Je me permets un cri du cœur en vous transmettant un relevé de l’achalandage du site Web de Croisières Cabaret Ltée, de la mi-octobre à ce jour. Bien que nous ayons laissé en plan ce site Web depuis la mi-octobre et qu’il ne propose rien comme activité pour 2017, l’intérêt ne se dément pas et le bassin de clientèle s’est grandement élargi. Ainsi, nous notons 75% d’accès de l’étranger pour un produit local qui en était à sa première année d’opérations. […] Il est malheureux que, par un manque de financement d’importance pour le promoteur mais somme toute mineur pour une communauté, on laisse passer une si belle occasion de poursuivre la diversification de notre offre touristique », ajoute M. Harvey, un retraité de 69 ans que nous avons joint en Floride pour commenter la situation.