CIUSSS : la CSN demande à Barrette de s’en mêler

CIUSSS : la CSN demande à Barrette de s’en mêler

Michaël Tremblay, président du Syndicat des travailleurs et travailleuses du Centre de santé et des services sociaux de Charlevoix, et Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) .

Crédit photo : courtoisie

Huit syndicats qui représentent des employés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale demandent au ministre Gaétan Barrette d’intervenir pour que cesse l’érosion des services et d’enclencher des discussions pour améliorer les services et organiser le travail.

Selon la CSN, la diminution de 28 à 3 centres de production alimentaire se réalise sans discussions avec les employés et leur syndicat. « Le ministre Barrette doit envoyer des signes clairs à la direction du CIUSSS pour que la réorganisation des services ne se fasse pas sur le dos des salariés ni sur le dos de la population qui goûtent toujours aux mesures d’austérité et d’optimisation », a déclaré Ann Gingras, présidente du Conseil central Québec—Chaudière-Appalaches (CSN).

317t2150

Les représentants syndicaux au point de presse de mardi avant-midi. (Photo:CSN)

Les syndicats mentionnent aussi que depuis ce qu’ils appellent la « fusion forcée » des établissements de santé, plusieurs catégories de personnel, dont les proposés aux bénéficiaire des CHLSD et hôpitaux, sont « dans une zone d’ombre qui créé incertitude, stress et détresse ».

Le président du Syndicat des travailleurs et travailleuses du Centre de santé et de services sociaux de Charlevoix, Michaël Tremblay, participait à la conférence de presse. En entrevue, il est revenu au dossier de la cuisine des établissements de Charlevoix en disant que « des rencontres ont été tenues sans le Syndicat alors que des emplois sont en jeu ». Il déplore la façon « cavalière » dont se font certaines affaires au CIUSSS. Il répète aussi que le « mur à mur » ne peut pas s’appliquer au CIUSSS puisqu’il regroupe trois territoires.

Le président du Syndicat rappelle également que le CIUSSS est le principal employeur de Charlevoix et qu’il doit considérer ce fait dans sa prise de décisions. « J’ai suggéré au p.-d.g de centraliser quelque chose dans notre région au lieu de Québec », déclare Michaël Tremblay, pour qui le cheval de bataille est le maintien des emplois dans Charlevoix.