Bravo Ann-Renée !

Bravo Ann-Renée !

Ann-Renée signant le livre d’or de la ville de Clermont en compagnie du maire Jean-Pierre Gagnon.

 

La Ville de Clermont, dont est originaire Ann-Renée Desbiens a tenu à souligné deux fois l’exploit de la jeune femme… en attendant de faire encore plus.

Par Gilles Fiset

Ann-Renée Desbiens, médaillée d’argent en hockey féminin aux jeux Olympiques de PyeongChang, n’a pas chômé vendredi soir lors de son passage dans la ville qui l’a vu naître. Elle a d’abord été reçue par les dignitaires de la ville au Club de curling Nairn pour ensuite faire une mise au jeu officielle lors d’un match de l’équipe séniore locale un peu plus tard en soirée à l’aréna.

« Dans un premier temps on voulait qu’il y ait une rencontre rapide avec la population. On ne voulait pas faire ça dans deux ou trois semaines, on voulait que ça accompagne l’euphorie du moment », affirme le maire de Clermont, Jean-Pierre Gagnon, en ajoutant que la Ville va lui remettre « quelque chose de plus tangible » un peu plus tard dans l’année. « On ne sait pas quoi. On verra ce que le conseil va décider. Rien n’est exclu et on a reçu beaucoup de bonnes suggestions », énonce le maire. L’idée de donner le nom de l’athlète olympique à l’aréna de Clermont n’est pas écartée.

L’athlète olympique clermontoise, après avoir signé le livre d’or de la Ville s’est adressée aux gens présents pour les remercier. « Vous m’avez beaucoup supportée. J’ai reçu un grand nombre de messages d’encouragement. Je n’ai pas pu tous y répondre, mais je les ai tous lus. Ça prend un village pour élever un enfant et ici, c’en est la preuve », a-t-elle déclaré.

La fierté des parents

Les parents d’Ann-Renée, Raynald et Claire Desbiens étaient présents lors de la cérémonie. « La voir se rendre aux Jeux olympiques, c’est un rêve que l’on a fait pour elle quand elle était toute jeune, mais on ne pensait pas que ça allait se réaliser. Être choisi pour représenter ton pays, c’est tellement quelque chose de grand. Je suis vraiment extrêmement fier de ma fille », confiait M. Desbiens.

L’avenir

Durant les deux prochaines années, la jeune femme continuera ses études à l’Université du Wisconsin pour y terminer une maîtrise en administration. Elle ne pourra cependant plus faire partie de l’équipe universitaire de hockey féminin, car elle a déjà joué pendant quatre années, le maximum de temps autorisé pour revêtir les couleurs de l’équipe.

Ann-Renée Desbiens entourée de sa mère Claire Desbiens, de son père Raynald Desbiens et du maire de Clermont, Jean-Pierre Gagnon.

 

La mise au jeu officielle du match entre Les Éclairs de Charlevoix et Les Excavations A. Savard de la Haute-Côte-Nord. On peut distinguer, en plus des capitaines des deux équipes, Ann-Renée Desbiens avec à sa droite le maire de Clermont, Jean-Pierre Gagnon, le vice-président des Éclairs, Patrice Savard, et le directeur général de la Ligue de hockey sénior Du Lac au Fleuve, Mathieu Caron.