Une bande dessinée pour déboulonner les mythes

Une bande dessinée pour déboulonner les mythes

Le 29 mai dernier avait lieu le lancement d’une bande dessinée créée par les membres du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS de Charlevoix) à la bibliothèque Laure-Conan de La Malbaie. Chaque mois, pour un total de 12 bandes dessinées, une histoire sera publiée sur leur page Facebook, ainsi que dans Le Charlevoisien.

La semaine dernière, les citoyens ont pu se familiariser avec une première bande dessinée, parue
dans Le Charlevoisien. L’histoire a été imaginée par les trois intervenantes du CALACS de Charlevoix, Lyne Duplain, Véronique Couillard et Sophie Fortier-Mallette. L’artiste Sandie Valiquette s’est quant à elle occupée des illustrations. Le CALACS de Charlevoix est le premier à mettre sur pied une telle initiative au Québec.
Selon la coordonnatrice Véronique Couillard, la bande dessinée permet de rejoindre beaucoup de personnes : « C’est un bon moyen de passer un message qui touche un sujet sensible, puisque c’est un médium qui est animé, coloré et ludique. »
Parmi les thèmes qu’elles aborderont dans leurs histoires, les intervenantes veulent dénoncer la stigmatisation que subissent les victimes d’agressions sexuelles, ainsi que soulever les agressions sexuelles dans des situations loin du cadre traditionnel, tel que dans un contexte conjugal, entre autres. De cette façon, les intervenantes souhaitent exposer les obstacles qui contribuent à maintenir les victimes dans le silence, et désirent outiller la population afin de prévenir les agressions sexuelles et aider les victimes.
Les trois intervenantes sont unanimes : le mouvement #MoiAussi a été une réelle prise de conscience. Selon l’intervenante Lyne Duplain, il y a eu un gros changement dans la région : « C’est comme si la honte avait changé de camp. Avant, on écoutait les agresseurs, mais maintenant, on écoute les victimes. » Ces dernières sont désormais plus écoutées, et leurs besoins mieux pris en compte. Cependant, le scepticisme envers les victimes demeure. À l’aide des bandes dessinées, les intervenantes souhaitent déboulonner les mythes. Selon Véronique Couillard, trois femmes sur cinq ont déjà vécu une agression sexuelle dans la région.
Parmi les projets de l’organisme, notons la mise sur pied du programme Empreinte dans les écoles secondaires. Ce programme de sensibilisation a été créé par le Regroupement québécois des CALACS. Cette année, le programme s’est implanté à l’École secondaire du Plateau de La Malbaie. À partir de l’année prochaine, les intervenantes espèrent l’implanter dans les écoles secon
daires de Baie-Saint-Paul et de L’Isle-aux-Coudres.
Le CALACS de Charlevoix est un organisme à but non lucratif qui œuvre depuis plus de 15 ans dans la région. Sa mission vise à lutter contre les agressions à caractère sexuel. L’organisme offre des activités d’aide directe à la population, ainsi que des activités de sensibilisation.