Une activité pour sensibiliser les jeunes

Une activité pour sensibiliser les jeunes

La Fondation CAA-Québec a lancé le 22 février une campagne de sensibilisation à propos de la marijuana au volant. À quelques mois de la légalisation de la drogue, l’organisme utilisera différents moyens tels qu’une campagne ludique dans les médias sociaux, un portail d’information sur le Web, des rencontres dans les écoles, etc. pour se faire entendre.
Ayant pour thème « C’est pas parce qu’on rit que c’est drôle! », cette offensive vise avant tout les jeunes. Elle vise à éveiller les consciences de ces derniers aux dangers de la conduite « stone » avec humour. Par exemple, de vraies personnes témoigneront de comportements ridicules au volant après avoir consommé du pot. «Vingt minutes au volant, mais j’me souviens juste d’être embarquée dans mon auto pis de m’être stationnée» ou «passé 20 minutes à chercher mon cell dans l’char… en m’éclairant avec mon cell!!!» sont des exemples du contenu diffusé.
De plus, la Fondation visitera des écoles secondaires pour sensibiliser les étudiants de 5e secondaire avec un outil plutôt drôle : des
« lunettes de poteux». Celles-ci donnent une idée des effets du cannabis à celui ou celle qui les porte. Ainsi, les jeunes peuvent constater eux-mêmes les risques de conduire après avoir consommé une telle substance. «Les lunettes, c’est drôle, mais c’est un prétexte pour susciter la discussion et attirer l’attention sur les effets du cannabis au volant. Notre but, c’est que les consommateurs réalisent que le cannabis allonge le temps de réaction et diminue l’attention, et qu’au volant, ça multiplie les risques de collisions», explique Mario Harrison, directeur de la fondation CAA-Québec. Les écoles qui souhaitent recevoir les experts de la Fondation peuvent en faire la demande auprès de cette dernière.
Également, un portail web sera mis en ligne. Il comprendra des outils pour les parents, comme un guide réalisé précisément pour parler cannabis avec son ado. « On invite les parents à prendre le relais et à sensibiliser leurs jeunes. Il faut trouver le bon ton, ne pas faire de sermons, être à l’écoute. Non, ce n’est pas évident, mais il faut prendre le temps de le faire », poursuit-il.
Cette campagne se veut essentielle dans la conjoncture actuelle. Au Canada, plus d’un jeune sur quatre croit que le cannabis n’affecte pas la conduite, ou même l’améliore, ce qui est totalement faux, selon un sondage de la CAA Nationale, réalisé en septembre 2016.